[TEST] Que vaut le Nikon 200-500mm f/5.6 ?

S’il existe bien un problème commun à tous les photographes, c’est celui de ne pas être assez près. Le téléobjectif 200-500mm est très précisément la réponse de Nikon à ce problème. Nul doute que les photographes animaliers et sportifs seront tentés par cette optique.

Pour ce test, il n’est pas question de mesures mathématiques pour définir un objectif répond oui ou non aux normes actuelles, les laboratoires photo le font très bien. Il s’agit plutôt d’un avis après plusieurs mois sur le terrain.

Tout d’abord, une brève description:

Focale: 200 à 500mm (équivalent 300-750mm en APS-C)
Monture: F (Nikon)
Format: Plein format et APS-C
Ouverture maximale: f/5.6
Distance minimale de mise au point: 2,2m
Autofocus: Oui, ultrasonique
Stabilisation: Oui
Poids: 2,4kg
Prix: 1 500€

200-500-nikon-test-avis-heleus-2

La première surprise de cet objectif est incontestablement son prix. Certes, 1500€ c’est déjà grosse une somme mais ce genre d’objectifs se négocient plutôt aux alentours de 6000€. Merci aux constructeurs tiers, Tamron et Sigma en tête, d’avoir sorti d’excellents 150-600 dès 1000€, forçant Nikon à revoir ses prix pour rester attractif.

Prise en main
Après plusieurs mois d’utilisation que peut-on dire cet objectif? La qualité de fabrication est tout à fait honorable et fiable. La prise en main est très bonne et inspire confiance. Les bagues de zoom et de mise au point sont de qualité, même si la bague de zoom est lourde à manier (puisqu’elle déplace de nombreuses lentilles). Néanmoins, une première ombre au tableau: le pare-soleil, il se détache très facilement et c’est vite énervant (surtout à ce prix). Le diamètre pour les filtres est de 95mm.

L’ergonomie est assez bonne, les interrupteurs sur l’objectif tombent sous la main mais peuvent parfois être difficiles à actionner. Le limitateur de mise au point est bien pensé, on peut choisir de le faire travailler de 2,2m à l’infini ou de 6m à l’infini. La deuxième option permet de gagner un peu plus de temps lors de la mise au point et conviendra à la plupart des situations aussi bien animalières que sportives. Attention cet objectif n’est pas tropicalisé selon le constructeur, même si le terme « tropicalisation » est vague et ne répond à aucun norme, il faudra faire attention lors de fortes averses.

Performance optique
S’il m’arrive régulièrement d’émettre quelques doutes quant aux performances optiques de certains objectifs Nikon (leur 24-70 en tête), il faut bien admettre que sur les longues focales Nikon dispose d’un savoir-faire remarquable (70-200 f/4, 70-200 f/2,8E, 300mm f/4, 500mm f/4…). Ici, pas de mauvaise surprise la qualité (le fameux « piquèèèèèèèèè ») est présente en force dès la pleine ouverture et ce à toutes les focales. Si le premier 150-600mm de Tamron était déjà très bon, ici on est dans l’exceptionnel. C’est indéniable.

Concernant les couleurs, certains objectifs ont parfois tendance à obtenir des couleurs légèrement jaunâtres ce n’est pas le cas de cet objectif qui délivre des clichés impeccables, très purs.

200-500-nikon-test-avis-heleus-3360mm, f/5.6, 1/640, ISO 100 (avec un D750)

test-200-500-nikon-avis-heleux500mm, f/5.6, 1/1250, ISO 3200 (avec un D750)

Si vous avez encore des doutes à propos de ce 200-500mm de Nikon, voici les courbes MTF les dissiper. Le premier schéma est à 200mm, le second à 500:

mtf_widemtf_tele

 

Mise au point
Très bon point, la distance minimale de mise au point est de 2,2m y compris à 500mm, de quoi s’initier tranquillement la macrophotographie. La concurrence ne fait pas mieux puisque les 150-600 commercialisés par Sigma sont à 2,7m. Seul Tamron fait aussi bien avec son 150-600 deuxième génération (la première itération est elle aussi à 2,7m). Quant à la vitesse de l’AF, c’est un éclair. Rapide, précis et forcément efficace, la marque jaune centenaire démontre tout son savoir-faire. Couplé au très bon D750 l’AF est rarement pris en défaut et sur ce genre d’objectifs c’est primordial.

200-500-nikon-test-avis-heleus-5.jpgFace à ce petit lutin très joueur et qui ne souhaitait pas être vu, l’AF a été d’une efficacité redoutable, malgré les nombreuses branches (D750 + 200-500mm à 460mm, f/5,6, 1/200,  ISO 1100)

Stabilisation optique
La stabilisation optique permet de compenser les tremblements de l’utilisateur. On a coutume de dire que sans stabilisation il faut se mettre à une vitesse à l’inverse de la focale pour ne pas avoir de flou de bougé (1/10 à 10mm et donc à 1/500 à 500mm). L’intérêt de la stabilisation est de pouvoir sélectionner des vitesses plus lentes tout en évitant le flou de bougé (1/250 à 500mm par exemple) afin d’avoir plus de luminosité.

A nouveau, le constructeur japonais propose l’une des meilleurs stabilisation optique que j’ai pu voir, on peut l’utiliser sans arrière-pensée. J’ai pu descendre jusqu’à 1/50 de seconde à main levée à 500mm alors que je me déplaçais lentement pour essayer d’échapper à la vue d’un renard. Je pense que j’aurais pu choisir une vitesse encore plus lente mais les renards sont très vifs, et je ne voulais pas descendre davantage de peur de les rater. En toute logique vous pouvez descendre jusqu’au 1/20 à 500mm (4 diaph de gagné donc c’est énorme).

200-500-nikon-test-avis-heleus-6Il était 6h du matin quand nous nous sommes rencontrés et la lumière était manquante. D750 + 200-500mm à 500mm, f/5,6, 1/50, ISO 4500

Bon à savoir
L’objectif est totalement compatible avec un TC 14 (qui multiplie la focale par 1,4 donc soit un 700mm, excusez du peu),  la perte de qualité est visible mais acceptable (il est préférable de fermer à f/11 pour retrouver du détail). L’AF est beaucoup plus lent (oubliez les oiseaux en vols) mais reste opérationnel. Un point intéressant puisque si certains 150-600 sont compatibles mécaniquement avec les multiplicateurs de focales la mise au point automatique n’est plus garantie, même avec les boîtiers récents.

200-500-nikon-test-avis-heleus-7.jpgD750 + 200-500mm + tc 14 à 700mm, f/13, 1/640, ISO 1250

Pour conclure
Malgré quelques défauts mineurs (pare-soleil de mauvaise qualité, poids et le prix dans une moindre mesure), le 200-500mm Nikon est une superbe optique. Il concurrence directement le 150-600mm Sport de Sigma (à 1600€) qui jouissait de la réputation du meilleur 150-600. Je serais incapable d’établir la moindre comparaison car je n’ai jamais eu le Sigma en main, mais comparé au 150-600 G1 de Tamron (moins de 1000€), la différence est notable. L’AF, les performances optiques et la stabilisation du Nikon sont au-dessus. Est-ce que ça justifie 500€ de plus ? Je suis radin (un peu), mais en toute honnêté je trouve que oui.

3 commentaires sur “[TEST] Que vaut le Nikon 200-500mm f/5.6 ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s