Sony A7S ou Nikon D750?

Un ami m’a posé cette question il y a quelques semaines et l’air de rien cette question mérite qu’on s’y attarde car elle est loin d’être simple. Les Nikon D750 et Sony A7S jouent plus ou moins dans la même cour: il s’agit de deux appareils de 2014 que l’on choisit généralement pour leur capteur plein format, leur très bonne sensibilité ISO et pour leurs aptitudes en vidéo. J’ai la chance d’avoir régulièrement les deux sous la main, mais lequel choisirais-je si je ne devais en garder qu’un seul ?

Prix
Pour les deux boîtiers, comptez près de 1800€. Égalité donc.

Prise en main/ergonomie
À mes yeux, l’ergonomie Nikon me semble meilleure, que ce soit à travers les menus, l’emplacement des boutons ou la prise en main du boîtier. Le grip de l’A7S premier du nom est franchement ridicule et ne tient pas en main. Pour ce qui est du poids l’A7S reprend l’avantage, couplé au 50mm FE l’ensemble est léger et discret.

C’est une habitude chez Sony, lors du démarrage un message s’affiche sur l’écran (« exécution en NTSC » dans mon cas) sans que l’on sache si c’est bien ou mal et comment l’enlever. Les deux modèles disposent d’écrans inclinables très pratique, celui du D750 est plus défini et semble plus robuste. Malgré la cage reflex, je pense que le Nikon serait plus résistant que le Sony. Mais je suis soigneux et je n’ai évidemment pas testé cet aspect-là.

Autonomie
Le débat n’a pas lieu d’être, l’A7S tient à peu près 400 photos, le D750, 1200.

Mise au point & réactivité
Point de surprise d’un côté l’A7S, première itération d’un hybride avec une mise au point à détection de contraste (directement sur capteur) et de l’autre le D750 avec un AF à détection de phase qui a fait ses preuves depuis longtemps. Le Nikon D750 brille par sa réactivité dès le démarrage et sa capacité à voler les instants. Que ce soit lors d’un mariage, pour du sport ou même de l’animalier.

35067184443_9323922743_k.jpg
Le savoir-faire Nikon: une mise au point rapide et précise, rarement prise en défaut.

En revanche, l’A7S parvient lentement à faire le point la nuit mais il y parvient, ce qui peut s’avérer bien pratique. Pour l’astrophotographie ce sera mise au point manuelle dans tous les cas. Même le Sony A7S n’arrive pas à faire le point sur les étoiles.  On ne peut pas tout avoir.

Viseur
Impossible de ne pas évoquer le viseur électronique de l’A7S alors que le D750 est équipé d’un viseur optique, plus classique et plus fiable selon certains. En effet, les viseurs électroniques sont régulièrement pointé du doigt pour leur manque de réactivité, de résolution et leur consommation énergétique. Beaucoup de photographes aiment voir « la réalité » qu’offre un viseur optique à travers son miroir plutôt que de regarder un écran. Ce que je peux parfaitement comprendre, mais le viseur électronique permet de voir ce à quoi ressemblera la photo. Et au final quand on regarde une photo on se moque de ce qu’a pu le voir le photographe, on ne voit que le résultat. Par ailleurs l’A7S voyant bien mieux que nos yeux dans le noir, le viseur électronique est plus utile qu’un viseur optique classique.

Pour ma part, je dois bien admettre que le viseur électronique m’a vraiment séduit et que ce n’était pas la catastrophe annoncée. Le viseur optique me fatigue bien plus les yeux que l’électronique d’ailleurs (étonnant non?). Toutefois, la consommation énergétique, la réactivité et la résolution affichée me font préféré le viseur optique, plus vif. Mais d’ici quelques années je ne doute pas d’être totalement convaincu par les viseurs électroniques, la nouvelle génération de viseurs proposée par l’A9 de Sony va déjà dans ce sens. Ajoutez à cela la possibilité de zoomer dans l’image et de pouvoir ajouter du focus peaking pour parfaire votre mise au point, c’est un véritable bonheur à utiliser.

Capteurs
24 mégapixels ou seulement 12? À mes yeux, à 24mpix, on parle déjà de haute résolution. Si, si rappelez-vous qu’un film en HD c’est déjà très beau à voir et que ça prend beaucoup de place! Il suffit de comparer 24mpix à nos écrans actuels (en full HD ou 4/5k si vous êtes riches) pour s’en apercevoir.

Concernant la dynamique, celle du D750 est déjà très bonne mais celle de l’A7S est époustouflante. Ce dernier a d’ailleurs tendance à sous-exposer, et cette logique devient très vite payante quand on cherche à avoir la meilleure plage dynamique. En sous-exposant, on garde les hautes-lumières (qui crament facilement), et les performances du capteur de l’A7s enregistre sans le moindre mal du détail dans les ombres/basses-lumières (que l’on débouche en post-traitement).

Ce diaporama nécessite JavaScript.


La photo originale a été faite en plein contre-jour, le sujet est sombre et l’arrière-plan est presque cramé mais on récupère facilement tout ça lors du traitement. Ça c’est de la dynamique, de la vraie.

Si j’apprécie beaucoup avoir 24mp sous le pied, il faut avouer que 12 sont déjà largement suffisants pour près de 50% de mes photos. De plus, avec un capteur plein format de 12mpix, les photosites sont moins exigeants et vous pouvez mettre des optiques plus vieilles, il leur offrira une seconde vie. La dynamique avec ce capteur est également très intéressante, les images sont riches et très plaisantes à voir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ci-dessus, un aperçu de la dynamique des Sony A7S et Nikon D750. Mais on peut aussi voir le rendu du Samyang 24mm f/1.4, les aberrations chromatiques sont moins marquées sur un capteur moins exigeant. Forcément, moins de détails c’est aussi moins de défauts.

Colorimétrie
Je retravaille TOUJOURS mes photographies, une colorimétrie légèrement erronée n’est pas trop gênante pour mon utilisation. Mais je dois bien admettre que le Nikon a parfois des couleurs légèrement « décalées », notamment lorsqu’on photographie le ciel. Je ne le trouve parfois pas assez bleu/cyan. Le Sony A7S me semble plus précis sur ce point mais je ne peux pas le prouver, d’autant plus que je travaille toujours avec des profils d’images uniforme/flat/neutre. Malgré ce défaut, les couleurs produites par le D750 sont dans l’ensemble plus justes et plus agréables à regarder.

Sensibilité ISO

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Étonnamment, la colorimétrie par défaut de nuit est meilleure sur le D750, mais l’A7S parvient à capter des étoiles que le Nikon peine à voir (notamment au-dessus des cheminées à gauche de l’image). Quant au bruit numérique, les photosites du D750 sont plus petits et donc le bruit aussi. Mais on perd beaucoup en détail.

Généralement les Nikon sont très bons au jeu des hautes sensibilités ISO, mais c’est sans oublier que jusqu’en 2017 les appareils Nikon (dont le D750) étaient équipés de capteurs Sony. Et le capteur sous-pixelisé de l’A7S et ses énormes photosites (8,5µm) captent bien mieux la lumière que ceux du D750 bien plus petits (4,9µm). Ça se voit très vite à l’image et les fanatiques des images en basse-lumière seront vite comblés par les performances uniques de l’A7S dans ce domaine. Pour comprendre pourquoi le Sony A7S a une aussi bonne sensibilité ISO, n’hésitez pas à consulter cet article.

Inutile de préciser que les hautes sensibilités attireront surtout les vidéastes -qui ne seront pas déçus par ces dernières. Fait intéressant: jusqu’à 12800 ISO l’A7S sous-expose (ou est-ce le D750 qui sur-expose?)

Vidéo
Le D750 propose l’enregistrement en full HD (1080p donc) à 24 images par seconde à 24mbits/s. C’est suffisant pour 90% des cas, mais pas pour de l’étalonnage poussé. Là-dessus l’A7S filme lui aussi en full HD à 24 fps mais à 50mb/s (en plus du s-log). Les deux boîtiers peuvent grimper facilement à 60 images par seconde, et même jusqu’à 120 i/s pour l’A7S (mais au prix d’un fort recadrage sur capteur: le crop est de x1,5).

Les nombreux assistants de l’A7S (s-log, focus peaking, zébra, compression des fichiers..etc) et sa sensibilité ISO sans équivalent (enfin si mais à plus de 5000€) rendent le tournage de n’importe quel projet bien plus simple.

Un mot sur les objectifs
Le meilleur boîtier du monde ne servirait à rien sans de bons objectifs. Et c’est un peu le problème chez Sony. Enfin le demi-problème car lorsqu’on s’y attarde plein de solutions s’offrent à nous.
Depuis quelques temps, Sony rattrape son retard et complète sa gamme d’optiques (16-35, 24-70 et 70-200 disponibles en f/2,8 et f/4). Seul problème? C’est très cher. Trop cher. Mais par chance de nombreuses bagues d’adaptation sont disponibles pour que vous puissiez garder vos optiques préférés Canon ou Nikon. Ces bagues sont très intéressantes puisqu’il n’y aucune modification de la focale (la bague remplaçant la classique cage reflex). Investissez dans une bague et empruntez quelques optiques, vous comprendrez vite l’intérêt.

Si je devais n’en garder qu’un seul
Malgré toutes les belles promesses de l’A7S et quelques qualités encore inégalées aujourd’hui, je choisirais tout de même le D750.
Pourquoi? Le D750 n’est pas capable de faire aussi bien que l’A7S en vidéo ou en basse lumière (ou les deux à la fois) mais il en fait plus. Cette qualité lui permet de devenir polyvalent et de se montrer décisif dans la plupart des situations. Alors que l’A7S reste très exclusif au monde de la vidéo et de l’astrophotographie. Le D750 est un excellent compromis entre sensibilité ISO et résolution (même 3 ans après sa sortie). De plus j’éprouve plus de plaisir à photographier avec le D750 qu’avec l’A7S, sans pouvoir  réellement me l’expliquer.

En revanche, si vous êtes plus vidéos, paysages (de nuit surtout), et portrait dans une moindre mesure, la légèreté et la sensibilité de l’A7S vous conviendront parfaitement, je vous l’assure. Rappelez-vous 24mpix c’est déjà de l’hyper-résolution (et donc pas toujours utile!). J’ai beaucoup vanté les mérites d’un capteur sous-pixelisé j’en conviens, mais je suis toujours surpris de voir le nombre de personnes qui vantent les qualité d’un capteur sur-pixelisé alors que 98% des utilisateurs ne les exploitent pas réellement. D’où ma question: lors d’une séance photo, qu’est-ce qu’il vous a le plus souvent manqué? La lumière ou les pixels? 25 600 ISO ou 30 mégapixels?

7 commentaires sur “Sony A7S ou Nikon D750?

  1. Oui, Héléux, j’ai aussi eu le D750 :).
    Je n’ai en revanche pas acheté d’hybride mais en ai eu certains en mains. Au-delà de la prise en mains et du viseur que je préfère optique, évidemment (je pense même que Nikon et Canon devraient s’atteler à le faire évoluer), la visée électronique est facile à égaler sur un reflex puisque, contrairement aux « hybrides », les reflex peuvent combiner les qualités des deux types de visée. Je me répète mais ENFIN le focus peaking sur un reflex, il était temps, par contre on peut déjà zoomer avec la loupe sur l’écran arrière 😉 .
    En terme de poids et encombrement, d’abord entre deux appareils plein format dès qu’on commence à aller sur des optiques longues et ouvertes l’argument tombe vite proche de 0, ajouté à cela les batteries supplémentaires à transporter pour égaler l’autonomie des reflex et l’éventuel ajout d’une bague d’adaptation, je pense que si ces caractéristiques sont prioritaires les hybrides MFT sont bien plus intéressants.
    Je te confirme pour l’exposition, le D750 comme la plupart des Nikon a tendance à sur-exposer, si bien qu’avec mon D750 je gardais généralement -0.5 voire -1IL en correction.
    Il faut admettre que 12MP c’est très bien pour utiliser de vieilles optiques, à condition que la marque en ait. C’est pourquoi j’ai préféré garder un D700, fonctionnel avec mes vieilles optiques (sans bague 😉 ) et encore très bon. Sur la montée ISO, en fin de compte quand on compare deux capteurs de résolution différente on a tendance à se laisser « berner » par le fait qu’on zoome plus dans l’image avec le plus pixelisé, donc une image dont les défauts, dont le bruit, sont agrandis. Redimensionner de façon proportionnelle, les différences sont beaucoup plus subtiles…tant qu’on reste dans les limites du moins pixelisé parce qu’une fois dépassé 100%, ce n’est pas le bruit plus visible sur les images du D750 qui sera le plus influent mais la pixelisation sur les images du A7S.
    Pour la quantité de pixels, ne pas oublier aussi que si aujourd’hui 24MP peut encore être considéré comme une très haute résolution, 12MP il y a 10 ans l’étaient aussi. Un écran 4K affiche déjà 8MP (un 5K, + de 15MP) et la 8K, déjà développé même si peu commercialisée et très chère, atteint…33MP! Un capteur plus pixelisé assure la visualisation numérique des photos plus longtemps. Bien sûr, on a le temps 😉 mais déjà aujourd’hui trouver un écran récent de 60cm qui ne soit pas FullHD est une aventure, il ne faut pas se faire d’illusions les prochains écrans même aussi petits finiront probablement par être 4K puis 8K (pas convaincu? Quelle résolution, le smartphone dans la poche avec écran de 10cm? 😉 ). Pour l’impression, à moins de tirer des affiches publicitaires, la résolution n’a pas autant d’importance mais qui imprime encore en comparaison du nombre de gens qui regardent des écrans? Et il faut aussi admettre que le Sony A7S était un petit pari, les capteurs sur-pixelisés sont surtout ceux qui équipent les boitiers de gamme élevée, donc pas surprenant que tant de gens vantent leurs qualités car ils accompagnent généralement les boitiers les plus performants sur beaucoup d’autres points.
    Pour conclure, comme tu l’as dit, à moins de faire de la vidéo de façon assez poussée les hybrides Sony n’ont pas encore tellement d’avantages sur les reflex qui offre beaucoup de choix (si on veut un plein format on n’a pas le choix pour le moment, c’est Sony! Bientôt Nikon mais si, d’après ce que j’en ai lu, leur hybride plein format nécessite une nouvelle génération d’optiques adaptée il leur faudra du temps pour s’installer). Les MFT ont un vrai avantage sur le poids et l’encombrement, sans trop sacrifier la qualité pour un usage classique avec une gamme optique plutôt large puisque les objectifs Olympus/Panasonic s’adaptent indifféremment sur les boitiers des deux marques et en prime des performances vidéos convaincantes. Les Sony restent de très bons boitiers, mais pour ceux qui, comme moi, ne sont pas très attirés par la vidéo, beaucoup d’autres critères tendent plutôt à continuer de se tourner vers les reflex ou les MFT (j’en ai un mais pas COI). Et si Canon (DPAF) et Nikon (focus peaking, zebra) continuent d’implémenter les avantages des hybrides sur leur visée électronique, même la vidéo pourrait ne plus tellement les avantager.

    Aimé par 1 personne

    1. Salut,

      Pour la montée ISO, justement à mes yeux on se fait berner en évitant de zoomer à 100%. Pour une photo à 12800 ISO sur un D750 on regardera les dégâts du bruit toujours à 100% jamais à 50%. Plus on a de pixels plus on est tentés de zoomer/recadrer. À mes yeux si la comparaison proportionnelle est censée, il ne faut pas pour autant oublier de comparer également à 100%. Lorsqu’on achète du 24, 35, 45mpx on les achète pour zoomer sans vergogne donc autant regarder à 100%.

      « Un capteur plus pixelisé assure la visualisation numérique des photos plus longtemps. » Tu viens de résumer tout le problème de notre utilisation du numérique: on ne se concentre même plus pour obtenir une image mais à avoir la meilleure, le plus longtemps possible…etc. avant même de déclencher! (ce n’est pas un reproche que je te fais je m’inclue là-dedans 😉 )
      Et au final tu as raison 12mpx c’est déjà une grosse résolution, je me surprends chaque jour de voir que les 12mpx ne sont pas un problème et que les 24mpx sont un luxe que l’on utilise pas toujours. D’où le pari réussi de l’A7s 🙂

      Pierre

      J'aime

      1. Re Héléux,
        tu as raison, on est tentés de zoomer plus, mais ça fausse la comparaison dans le sens où ça donne l’impression que le capteurs n’évoluent pas, voire régressent, alors que la photo une fois visualisée « normalement » (en FHD plein écran ou tirages <A2) n'est plus très différente, en 4K et au-delà la comparaison est en revanche de plus en plus à l'avantage du plus pixelisé. Les capteurs aujourd'hui ont tous suffisamment de pixels pour une visualisation classique, comme tu le dis on les utilises pas toujours, donc acheter du 24/35/45MP ne devrait pas être choisi pour zoomer sans vergogne sauf quand c'est utile (les 46MP du D850 se transforment en 20MP du D500 en mode DX, un avantage utile en sport/animalier, par exemple).
        Sur le viseur j'oubliais une chose, c'est d'autant plus vrai quand on shoote en RAW et qu'on traite les photos sur logiciel, ce qu'on voit en visée électronique n'est pas le résultat final. Même en jpeg, en fait, pour que ça le soit il faudrait au moins calibrer l'écran du boitier. Quand on s'habitue au viseur optique, on a déjà une idée de ce que donnera la photo. De même pour avoir l'avantage de la visée dans le noir, sur reflex elle est disponible aussi puisqu'il dispose d'une visée électronique. Nikon et, surtout Canon, n'ont pas tellement à faire pour réduire l'avantage de la visée électronique sur hybride, sur le D850 il ne manque quasiment que le DPAF pour convaincre les amateurs et quelques codecs pour les vidéastes sérieux.

        J'aime

      2. Effectivement, ça peut fausser la comparaison mais rien de bien dramatique car les capteurs ont JUSTEMENT beaucoup progressé: un 50mpx de 2013 (Canon 5Ds) ne vaut plus du tout un 50mpx de 2017 (Nikon D850 qui fait 45mpx pour être précis) 😉

        Après c’est vrai que plus de pixels c’est également un bruit plus petit qui se dissimule facilement. Mais le but de montrer des images à 100%, c’est de voir que malgré un moutonnement contenu, l’image perd en détail. Et le diable est dans les détails puisque qu’une étoile qui est bien visible avec l’A7s est à peine discernable avec le D750 alors que son capteur est bien plus défini. Mais c’est un parti pris que j’assume et je comprends qu’on puisse ne pas y adhérer, pas de souci 😉 C’est même pour ça qu’il y a les image sans recadrage et à 100%, pour tout le monde s’y retrouve!

        Concernant les codecs vidéos, c’est effectivement une chose que Nikon devrait proposer au plus vite car c’est la seule chose qui manque si on regarde bien. Certaines optiques sont juste géniales (14-24mm, 105mm f/1.4 en tête), les boîtiers sont bons et se prêtent facilement à la vidéo (depuis le D750 et son écran inclinable en fait), de nombreux progrès électronique ont été réalisés (stabilisation optique et numérique, zébras, focus peaking, contrôle de l’ouverture déporté, profil d’image flat…), il ne reste que la compression des fichiers donc! Dommage de devoir attendre si longtemps et de laisser autant de marge à Sony et Canon car je serais prêt à parier que beaucoup de vidéastes seraient séduits par le rendus des optiques Nikon.

        J'aime

      3. Pour les détails je te rejoins, c’est pour ça que je « regrette » que Nikon ne nous sorte pas un D750 ou D850 avec capteur 20MP sans filtre passe-bas (même si on pouvait juste enlever celui de mon D700…;) ).
        Pour la vidéo il faudrait aussi à Nikon un équivalent du DPAF de Canon, soyons honnêtes si la plupart des vidéastes reflex qui prétendent que la vidéo se fait en manuel ont des Nikon ce n’est pas un hasard, c’est parce que c’est inutilisable en AF 😀 . Canon il leur faut juste les fonctions focus peaking et zebra. Ah oui aussi la stabilisation capteur, le VR numérique du nikon est intéressant mais ce n’est pas aussi efficace qu’une stabilisation optique (ou n’acheter que des optiques stabilisées quand elles dépassent 35mm). Ce qui est encore plus dommage ce n’est pas tellement de devoir attendre, c’est que c’est techniquement déjà faisable depuis longtemps..

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s