Dans 25 ans les designers seront au centre de toutes choses

Image source : 99U

C’est plus ou moins ce qu’en pensait Paola Antonelli en 2011 lors d’une interview accordée à la revue The Economist. Elle qui est designer au Museum of Modern Art of New York (ou MoMA) a plutôt une vision optimiste de l’avenir. Son influence dans le monde est incontestable (et incontestée), quand Paola Antonelli dit quelque chose c’est tout le monde du design qui l’écoute.

moma-heleux-design.jpg
image source: The New York Times

Lors de son interview -que je trouve très (trop ?) utopique, Paola Antonelli pense que les designers auront une place de plus en plus importante dans notre société.

« On entend trop souvent dire que l’unique objet du design est de rendre les objets, les gens et les lieux beaux. Le design s’est pourtant étendu jusqu’à toucher presque toutes les facettes de l’activité humaine, qu’elles concernent la science, l’enseignement ou la politique. Ceci pour une raison simple : l’une des tâches les plus fondamentales du design est d’aider les Hommes à faire face au changement.

Les designers établissent des liens entre les révolutions et la vie quotidienne. Lorsque l’Internet est arrivé, par exemple, ils ont créé des interfaces comportant des boutons et des liens hypertexte qui ont permis à tous de l’utiliser. Tous les jours des designers travaillent pour créer des innovations de rupture gérables et accessibles, qui pourront être adoptées et assimilées dans la vie quotidienne. Et ceci sans jamais oublier ni la fonctionnalité ni l’élégance.

Dans 25 ans les designers seront au centre de toutes choses. Ils ne seront pas subdivisés selon leur spécialité (graphique, produit, mobilier, …) mais, comme en physique, le design sera plus ou moins séparé entre théorique et appliqué.

Les designers théoriques seront des généralistes distingués -un peu à la manière des philosophes français, mais prêt à retrousser leurs manches. Les designers appliqués représenteront des infrastructures et des systèmes complexes afin que scientifiques, décideurs et grand public puissent les gérer et agir dessus ; ils apporteront l’économie et le bon sens à la production de biens de consommation.

Cette nouvelle ère a déjà commencé. Le design devient central dans la quête éternelle de l’homme à dégager la beauté de la nécessité. »

Tout d’abord, cette interview a été réalisée en 2011, 6 ans plus tard on peut effectivement constater que le design a un rôle de plus en plus important. Le point de vue de Paola Antonelli est intéressant puisque selon elle les designers ne serviraient pas uniquement à rendre un projet joli, mais à le rendre plus ergonomique et intuitif lors de son utilisation. On ne peut qu’être d’accord quand on voit le nombre d’offres d’emploi qui utilisent les termes « UX » et « UI ». Un design ne suffit plus pour se démarquer, il faut maintenant que l’ergonomie soit satisfaisante pour l’utilisateur. Dans des marchés de plus en plus saturés, l’ergonomie est vraiment devenue un critère important pour un utilisateur.

Ceci étant je ne partage pas plus que cela l’avis de Paola Antonelli et ce pour une raison très simple. L’argent manque à beaucoup de sociétés de nos jours, ce qui change complètement la donne. Je travaille actuellement pour une entreprise qui comme beaucoup d’autres est persuadée qu’un directeur commercial est mieux informé qu’un designer sur l’ergonomie et même sur le design. Si un directeur commercial peut en effet avoir des notions de design ce n’est pas le cas de ceux que j’ai rencontrés. Ainsi la communication de l’entreprise, de ses projets avec ses clients dépend d’une personne qui n’y connait rien, n’a aucun goût, aucune vision à long terme et qui revient souvent à la première proposition tout en me demandant de grossir toujours un peu plus le logo. Ce genre d’entreprises est légion en France et dans le monde je suppose. La plupart des employeurs ne connaissent pas réellement l’importance du design. Paradoxalement, tous veulent « faire comme Apple », une entreprise qui a pourtant compris depuis longtemps l’importance d’avoir une identité visuelle forte. Mais sans jamais mettre en avant le design, seulement des titres encadrés de partout avec l’énorme logo du client, le « faire comme Apple » n’est juste qu’une phrase qui sert à rassurer quelques directeurs frileux qui ne souhaitent prendre aucun risque.

Je vous l’accorde, la plupart de ces personnes citées ci-dessus ont plus de 40 ans. Forcément certains sont dépassés pour ce qui est du design, d’autant plus que ce n’est pas leur métier. La prochaine génération sera-t-elle en mesure d’écouter davantage les designers? J’aime à le croire, mais ne soyons pas naïfs: tant que les entreprises manqueront d’argent, elles ne prendront pas de risque et feront davantage confiance aux commerciaux qu’aux designers.

Rendez-vous en 2036 pour savoir si Paola Antonelli avait raison, en espérant que Héléux soit toujours présent!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s