[TEST] Que vaut le Tamron 150-600mm f/5-6.3 ?

S’il existe bien un problème commun à tous les photographes, c’est celui de ne pas être assez près. Et c’est Tamron qui a répondu en premier à cette problématique en 2013 en en proposant le téléobjectif 150-600mm. Premier objectif de cette catégorie (téléobjectif polyvalent à prix abordable), cette optique reste une excellente option malgré l’arrivée de la concurrence et les années qui passent.

Pour ce test, il n’est pas question de mesures mathématiques pour définir si oui ou non un objectif  répond aux normes actuelles, les laboratoires photo le font très bien. Il s’agit plutôt d’un avis après plusieurs mois sur le terrain.

Tout d’abord, une brève description:

Focale: 150 à 600mm (équivalent 225-900mm en APS-C)
Monture: F (Nikon), EF (Canon)
Format: Plein format et APS-C
Ouverture maximale: f/5-6,3
Distance minimale de mise au point: 2,7m
Autofocus: Oui, ultrasonique
Stabilisation: Oui
Poids: 1,9kg
Prix: 1 000€

tamron-150-600-test-avis-review-heleux-2.jpg

La première surprise de cet objectif est son prix. Certes, 1 000€ c’est déjà une somme mais ce genre d’objectifs se négocient plutôt aux alentours de 6 000€ (que ce soit chez Canon ou Nikon). En occasion, vous pouvez même en trouver à près de 700€, le rêve! Merci à Tamron d’avoir cassé les prix en proposant le premier téléobjectif à 1 000€. Mais derrière ce prix, la qualité est-elle présente?

Prise en main
Après plusieurs mois d’utilisation que peut-on dire cet objectif? La qualité de fabrication est tout à fait honorable et fiable. La prise en main est très bonne et inspire confiance. Pour un téléobjectif de cette amplitude, l’optique est (très) légère. On s’habitue très vite à cette bonne surprise sur le terrain. Les bagues de zoom et de mise au point sont de qualité. Contrairement au Nikon 200-500mm f/5.6 (que j’avais testé ici), on peut facilement passer d’une extrémité à une autre du zoom alors qu’il faut s’y prendre à plusieurs reprises pour passer du 200 au 500mm sur le Nikon. Le diamètre pour les filtres est de 95mm.

tamron-150-600-test-avis-review-heleux-8
D750 + 150-600 à 600mm, f/8, 1/1250, ISO 1600

L’ergonomie est assez bonne, les interrupteurs sur l’objectif tombent sous la main mais sont parfois difficiles à actionner. Le limitateur de mise au point est assez mal pensé: de 2,7m à l’infini ou de 15m à l’infini, la deuxième option permet de gagner un peu plus de temps lors de la mise au point mais ne conviendra qu’à très peu situations, dommage.

Fait anecdotique: vous pouvez verrouiller l’objectif à 150mm (en position repliée) pour le ranger dans le sac mais vous pouvez étonnamment verrouiller l’objectif à 400mm également. Il s’agirait d’une incitation de la part des ingénieurs Tamron pour que vous puissiez être le plus souvent à 400mm. Il s’agirait de la focale où l’objectif est le meilleur (ce qui me paraît vrai pour être franc). Intéressant!

Performance optique
Même si Tamron fait partie de ces marques considérée à tort comme une sous-marque incapable de rivaliser avec les prestigieuses optiques Canon ou Nikon, je peux vous garantir que cet objectif est de qualité. Pour prouver mes dires, il ne faut pas oublier que Nikon a dû riposter en sortant un excellent 200-500mm à 1500€ pour rivaliser. En effet, Tamron et Sigma dominaient allègrement le marché le marché des téléobjectifs à 1000€, le géant  ne pouvait pas rester sans réagir, il a donc répondu à la « sous-marque »! Je doute que les ingénieurs de Nikon auraient prix le temps de fabriquer cette optique si les marques comme Sigma et Tamron était réellement mauvaises en optique…

Concernant la qualité optique, je trouve le bokeh parfois étrange mais il reste plaisant à regarder et la restitution des détails est très bonne. De 150 à 400mm la pleine ouverture ne vous décevra pas. De 500 à 600mm en revanche, les résultats sont évidemment bons à pleine ouverture mais bien meilleurs en fermant un peu le diaphragme.

tamron-150-600-test-avis-review-heleux-9
400mm, f/6, 1/1000, ISO 720 (avec un D750)

Concernant les couleurs, certains objectifs ont parfois tendance à obtenir des couleurs légèrement jaunâtres, je n’en suis pas sûr mais j’ai bien l’impression que cet objectif y soit légèrement sujet. Je ne trouve pas les verts et les bleus aussi « profonds » que ceux produits par le Nikon 200-500, j’y retrouve justement une teinte jaunâtre… Mais je dois bine admettre que cela ne m’est pas trop gênant, je retravaille toujours mes photos.

tamron-150-600-test-avis-review-heleux-3.jpg
D750 + 600mm, f/8, 1/1600, ISO 2500 (avec un D750)

Mise au point
La distance minimale de mise au point est de 2,7m, c’est un peu limite pour la proxi mais ça n’empêchera pas de faire des choses sympathiques avec. Quant à la vitesse de l’AF, c’est du rapide qui saura face à beaucoup de situations. Néanmoins, plusieurs utilisateurs (dont je fais partie) ont parfois l’impression qu’ils s’écoulent un léger laps de temps où il ne se passe rien entre le moment où on appuie à mi-course sur le déclencheur et le suivant où l’optique cherche le point. C’est très bref mais ce « blocage » est parfois très frustrant. Ceci dit mon modèle avait déjà quelques années au compteur quand je l’avais acquis, autant dire qu’il avait déjà pas mal vécu.

Ceci étant, couplé avec mon D750 l’AF m’a rarement déçu, ce n’est certes pas au niveau du Nikon 200-500mm, mais c’est tout à fait acceptable.

tamron-150-600-test-avis-review-heleux-5.jpgQuoi de mieux qu’un guépard pour tester l’AF ? Je n’ai pas été déçu du résultat: la mise au point était très vive, au final le plus gênant reste le manque de temps pour cadrer correctement. (D750 + 150-600mm à 300mm, f/5,6, 1/2000,  ISO 1800)

tamron-150-600-test-avis-review-heleux-4.jpg
Malgré la baisse de luminosité (vers 17h un 31 décembre), l’AF a été rapide D750 + 150-600 à 600mm, f/8, 1/640, ISO 1600

Stabilisation optique
La stabilisation optique permet de compenser les tremblements de l’utilisateur. On a coutume de dire que sans stabilisation il faut se mettre à une vitesse à l’inverse de la focale pour ne pas avoir de flou de bougé (1/10 à 10mm et donc à 1/500 à 500mm). Étrangement, je n’ai pas eu l’occasion d’en avoir réellement besoin avec cet objectif mais sachez que vous pouvez déjà descendre à 1/200s à 600mm sans la moindre hésitation.

Que vaut le Tamron 150-600mm f/5-6.3 face au Nikon 200-500mm F/5.6 ?
Si j’ai vendu mon 150-600mm c’était pour acquérir le fameux 200-500 de chez Nikon. Même si le Tamron ne démérite pas, le 200-500 reste supérieur, parfois de peu. Des deux objectifs, c’est bien le Nikon qui me donne plus de plaisir au moment du déclenchement, il faut dire que le savoir-faire Nikon n’est plus à prouver dans les longues focales.

Toujours est-il que le premier 150-600 de Tamron est pour moi un objectif presque parfait: ce n’est pas le meilleur, mais son rapport qualité/prix et son faible poids/encombrement est idéal pour les voyages.  Le 150-600mm de Tamron est donc un très bon objectif, très abordable. Je serais curieux de voir ce que donne la nouvelle version G2 qui doit être sublime en toute logique.

 

5 commentaires sur “[TEST] Que vaut le Tamron 150-600mm f/5-6.3 ?

  1. Encore bonjour Héléux,
    Je suis équipé donc je donne mon avis d’utilisateur lol. Et bien, pour répondre à ta dernière phrase, j’ai le G2 et il est effectivement sublime. Il ne faut pas oublier que le G1 n’est pas le 1er sous la barre des 1000€, c’est le Sigma Contemporary. Le G1 est à 1000€ depuis la sortie du G2 .
    Le G2 est meilleur sur tous les points qui te titillent sur le G1, bokeh plus doux et harmonieux, meilleur AF, stab et perfs optiques en hausse, verrouillable à toutes les focales, personnalisable (limiteur de distance compris 😉 ) et distance de map à 2.2m . Les Tamron G2 sont souvent annoncés comme identiques à leurs prédécesseurs car c’est la même formule optique, mais en réalité ils bénéficient de nouveaux traitements de lentilles et d’une précision accrue dans la fabrication. On en a la preuve avec le 150-600 mais aussi les 24-70 et 70-200 récents, ayant pourtant le même nombre de lentilles/groupes, ils sont tous les 3 supérieurs optiquement à leurs ancêtres, seul le 15-30 (qui devra passer au G2 pour la compatibilité avec la console Tamron) devrait avoir moins de différences car plus récent et bénéficiant de ces traitements.

    Aimé par 1 personne

    1. Hahaha pas de souci, c’est toujours intéressant de lire les avis des autres!

      Il me semblait que le Tamron G1 (lancé vers les 1200-1300€ à sa sortie si je ne m’abuse) était le premier 150-600 a être passé sous les 1000€ suivi de près par la Sigma C justement. Ou c’est l’inverse ?

      Il serait intéressant de tester le 150-600 G2 face au 200-500 Nikon du coup. Après ça ne me surprend pas que tu sois séduis par le G2, il faut dire que Tamron (à l’instar de Sigma) met les bouchées double pour séduire de nouveaux clients. Heureusement pour nous, ça fait plus de choix.

      J'aime

      1. A l’annonce du G2 j’avais comparé les prix, il me semblait que le G1 restait un peu au-dessus du contemporary mais après vérification tu as peut-être raison sur le premier à être passer sous les 1000€. Il faudrait un comparatif de prix par dates, mais l’important c’est qu’on ait plus de choix, tout à fait 😉 .
        Vu le peu de différences entre G1 et f/5.6E d’après ce que j’en ai lu, le G2 devrait être partout un peu au-dessus du Nikon, mais le Nikon me semblait aussi être excellent, si le G2 était sorti 3-4 mois plus tard je serais surement en train de donner mon avis sur le Nikon 🙂 .

        J'aime

    2. « Vu le peu de différences entre G1 et f/5.6E d’après ce que j’en ai lu… » , le G1 est très bon mais je ne suis pas d’accord le 200-500 est bien au-dessus. À mes yeux le Nikon ne cherche même pas à concurrencer les Tamron 150-600 G1 et Sigma Contemporary à environ 1000€, mais plutôt les Sigma Sport et Tamron G2 qu’on trouve de 1400 à 1700€. En termes de prix, de poids, de qualité de fabrication et de performances le Nikon (malgré l’absence de liseré doré) semble davantage être dans cette gamme (que nous appellerons « les téléobjectifs à 1500€ ») que dans la gamme des télé à 1000€.

      J'aime

      1. A la rigueur le Sigma sport, pas le G2 puisqu’il est sorti après (le G2 éventuellement cherche à concurrencer le Sigma et le Nikon). Après je parle de peu de différences en utilisation classique, en comparaison des différences entre un 70-300 f/4.5-5.6 et un 70-200 f2.8 par exemple, on est dans le pinaillage 😉 .

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s