Crise des effets spéciaux: Hollywood n’est toujours pas dans le vert

La scène est surréaliste. Le 24 février 2013, l’équipe des effets spéciaux de l’Odyssée de Pi récupère sa précieuse statuette lors de la cérémonie des oscars pour son travail sur le film d’Ang Lee. La cérémonie bat son plein, les sourires sont sur tous les visages, pourtant un des membres de l’équipe fraîchement oscarisée annonce que l’entreprise Rythme and Hues, responsable des effets spéciaux du film est au bord de la faillite. Alors qu’il poursuit son discours, la musique du film de Les Dents de la Mer se fait progressivement entendre pour lui annoncer la fin de son temps de parole. Glaçant et ironiquement représentatif de la situation des sociétés d’effets spéciaux dans le cinéma moderne.

Ce n’est un secret pour personne, les effets spéciaux sont devenus de véritables stars bien plus que les célébrités elles-mêmes qui vieillissent inéluctablement. C’est sûr, ressusciter Peter Cushing (dans Rogue One), Paul Walker (Fast & Furious) ou rajeunir Schwarzenegger (Termintaor Genisys) et Michael Douglas (Ant-Man) ça rameute pas mal de monde. À cela s’ajoute les money-shots (plans entièrement numériques, au ralenti et ultra-spectaculaires) qui sont de plus en plus nombreux dans les films et qui font fureur au près du public (et je m’inclue là-dedans). À ce moment précis on comprends que les effets numériques ont de beaux jours devant eux.

La consécration viendra même en 2009 avec Avatar et ses effets spéciaux révolutionnaires encore inédits. Pourtant, cette même année débute une crise profonde dans le cinéma américain où les sociétés d’effets spéciaux s’effondrent les unes après les autres: même les plus grosses entreprises comme Digital Domain (qui s’était occupé de rajeunir Jeff Bridge dans Tron) ou FuelVFX (Avengers quand même !) seront touchées.

Comment en sommes-nous arrivés là ? La raison est très simple, même si le cinéma a toujours eu une économie particulière, il a lui aussi été touché par la crise et certains principes restent les mêmes: il faut payer la main d’œuvre et son savoir-faire durement acquis. Les effets étant toujours plus nombreux, la facture ne peut qu’augmenter. Tous les films cités jusqu’ici ont au minimum 150 millions $ de budget. Une enveloppe pour le moins colossale qui ne fait qu’augmenter quand on veut toujours plus d’effets spéciaux. Pour contrer ce problème, les producteurs d’effets spéciaux se tournent de plus en plus vers l’Inde ou le Canada car la main d’œuvre y est moins chère. Et vous vous en doutez, les plus grandes sociétés délocalisent elles aussi pour rester dans la course (et payer moins d’impôts au passage). Ce qui n’a eu pour effet que d’accentuer davantage la crise économique dans ce secteur. De plus il faut tenir compte du fait que ces entreprises ne perçoivent aucun pourcentage sur les bénéfices du film -seulement du mérite. Ce qui explique que Rythme and Hues, fraîchement récompensée et admirée par le monde entier pour son travail sur l’Odyssée de Pi ait été rachetée pour une bouchée de pains quelques mois après avoir reçu son prix.

Près de 10 ans après le début de cette crise, même si bon nombre de sociétés tiennent toujours le coup, la situation reste préoccupante et la délocalisation semble toujours d’actualité pour la plupart d’entre elles. Alors que de nombreuses voix s’élèvent contre la qualité de certains effets spéciaux qui semblent régresser avec le temps (incrustations sur fond vert dans Thor Ragnarok ou Justice League récemment…), les producteurs de cinéma n’en finissent plus de s’en mettre plein les poches.

vfx-crise-héléux
Les incrustations sur fond vert ratées de Justice League et Thor Ragnarok ont bien fait rire Internet cette année. Est-ce dû à la précipitation ou au manque de savoir-faire de ces entreprises délocalisées et peu chères que ces effets sont ratés?

 

 

Un avis sur “Crise des effets spéciaux: Hollywood n’est toujours pas dans le vert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s