Les superbes effets spéciaux de Rogue One

Alors que la 8ème aventure des Skywalker est sortie hier, revenons un bref instant sur ce qui est probablement le meilleur de tous les Star Wars (excepté le 8 que je n’ai pas encore vu), à savoir Rogue One. Ce film a su se démarquer des autres grâce au génie de Gareth Edwards qui a su mêler direction artistique de qualité et effets spéciaux maîtrisés.

 

La réalisation
Avant de parler d’effets spéciaux, la réalisation de Gareth Edwards surpassent de très loin celles de ces prédecesseurs. Le gigantisme est très présent, l’espace est vaste et jamais l’Étoile Noire (ou Étoile de la Mort) n’aura été si menaçante. En insérant subtilement des éléments de taille -presque- humaine, les vaisseaux, les planètes ont l’air plus impressionnants. C’est déjà un excellent point pour rentabiliser au mieux des effets spéciaux toujours plus chers.

Gareth Edwards souhaitait également avoir une approche réaliste lors des batailles spatiales avec une caméra portée à l’épaule. Il y a donc plusieurs solutions: soit les animateurs 3D animent eux-mêmes la caméra virtuelle dans leur fichier 3D, soit on donne une caméra de réalité virtuelle au réalisateur qui filme directement dans une scène 3D visible sur son écran. Le principe est assez proche de la réalité virtuelle que nous connaissons. Gareth Edwards est doté d’une tablette qui filme en temps réel de grossières animations 3D qui s’effectuent sur la scène où il se déplace.Il est donc libre de choisir ses cadrages et de les voir -en temps réel- à l’écran.

À 0:43

 

K2SO
Pour donner vie à l’androïde de Rogue One, Alan Tudyk habitué à la motion capture (Sonny dans I, Robot notamment) incarne la gestuelle et la voix de K2SO sur les plateaux de tournage. Aucun fond vert donc, cela permet davantage d’interaction avec les cateurs.

k2s0

 

Résurrection de Peter Cushing alias Moff Tarkin
Le plus impressionnant reste à venir. L’acteur Peter Cushing étant décédé, c’est Guy Henry qui le remplace en se prêtant au jeu de la performance capture. L’acteur joue naturellement, mais le visage de Cushing est greffé numériquement sur celui de Guy Henry.

héléux-vfx-star_wars_rogue-one-effets-speciaux-moff-tarkin.jpg

Dans un premier temps, il est nécessaire de scanner en 3D le visage de l’acteur défunt, puis Guy Henry muni d’un casque avec une petite caméra et 160 points sur le visage, joue son rôle. Le visage de Cushing est ensuite déposé sur celui de Henry. Le suivi des mouvements, des expressions du visage est facilité grâce aux points sur le visage de Guy Henry.

tarkin

La ressemblance est frappante:

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s