Pourquoi un Star Wars tourné sur pellicule est une hérésie

Je crois que je n’ai jamais vu un tel paradoxe: jamais un public n’aura autant demandé à être surpris et autant souhaité que rien ne change. À commencer par la technique employée pour réaliser un Star Wars qui est visiblement d’une importance capitale pour les fanatiques de la saga.

Tout a commencé avec la prélogie, George Lucas délaisse peu à peu les techniques traditionnelles (caméra et effets spéciaux) pour basculer vers le tout numérique. Un choix qui sera décrié par le plus grand nombre et qui des années plus tard poussera le réalisateur à vendre sa société Lucasfilm (propriétaire de Star Wars) à Disney. La firme aux grandes oreilles souhaitant renouer avec la saga originale et avec le public de base, elle appliquera à la lettre les revendications des fans. Le moins de numérique possible à commencer par la caméra qui filmera sur pellicule, la Kodak film stock 5219. Ce qui est très idiot.

Pourquoi ? Tout d’abord parce qu’un retour en arrière n’a jamais donné rien de bon et ce cas précis ne déroge pas à la règle. En optant pour un tournage sur pellicule lors de Star Wars 7 J.J. Abrams (idem pour Star Wars 8 de Rian Johnson) se complique considérablement la tâche. Avec ce type de caméra, le retour vidéo est extrêmement mauvais et les viseurs peu précis, la mise au point est donc plus difficile à faire. Surtout avec la caméra volante et constamment en mouvement qu’apprécie J.J. Abrams. On se retrouve donc avec un blu-ray  doté d’une superbe définition où le point est hasardeux. Tiens, les grosses définitions peuvent desservir la qualité technique d’un film, ce n’est pourtant pas nouveau

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une mise au point faite sur la bouche (et non sur les yeux) et une autre qui se perd je ne sais où. Le problème c’est que la pellicule impose beaucoup de contraintes et que pour avoir un cadre large, on utilise des optiques anamorphiques qui étirent verticalement tout ce qui est flou. Regardez Oscar Isaac, le côté droit de son visage paraît même déformé.

 

heleux-star-wars-pellicule-heresie-camera-.gif
À 0:59 sur la bande-annonce. Le tournage sur pellicule complique véritablement la précision de la mise au point. Ici l’acteur Mark Hamill se déplace de quelques centimètres avant de faire demi-tour, et le technicien est incapable de suivre le déplacement de l’acteur (qui a dû être répété pourtant).

« Si la pellicule venait à disparaître – et le numérique force cette tendance – alors la norme pour la qualité la plus élevée et la plus haute disparaît » confiait J.J. Abrams en 2013. Pour être honnête je considère que la plus grande qualité du monde ne sert à rien… Si le point n’est pas fait correctement.

Mis à part pour brosser son public dans le sens du poil, je ne comprends pas que Disney veuille autant se compliquer la tâche avec des tournages en pellicule. Pour les effets spéciaux numériques, c’est un véritable cauchemar. Vos prises de vue sont sur un film photographique, il faut donc les numériser/scanner pour appliquer les effets numériques dessus. Même si le procédé est d’excellente qualité de nos jours, il est indéniable qu’il y a une perte de qualité, qu’elle soit minime ou négligeable elle est présente. Derrière chaque conversion, il y a toujours une perte. Que ce soit pour convertir une énergie électrique en mécanique ou pour transformer un signal analogique en numérique. De plus, ce genre de conversion prend énormément de temps. Admettons que la perte de qualité soit négligeable, le procédé reste tout de même compliqué alors pourquoi perdre du temps en l’utilisant ?

Le tournage sur pellicule c’était bien mais c’est dépassé. Que des réalisateurs comme Tarantino ou Nolan défendent la pellicule, c’est logique. Leurs films sont connus pour être personnels et n’avoir que très peu d’effets spéciaux numériques. Pour un Star Wars, une saga qui est habituée à repousser les limites technologiques c’est une erreur, une ineptie, bref: une hérésie. Pire, avec ce genre de décision, la saga Star Wars perd sa place de pionnère en matière d’imagerie (et ça, malgré tous ses défauts Lucas l’avait parfaitement compris). Une place que des Sagas comme Avatar ou Le Hobbit n’hésiteront pas à reprendre allègrement.

Attention gros, gros SPOILERS, dans l’épisode 8 Les Derniers Jedi, la folie du « c’était mieux avant » chez Disney est telle que le film nous montre un Yoda en marionnette! Si l’hommage est certes sympathique, ce caméo est très dérangeant visuellement. Il ne correspond pas du tout à l’esthétisme du film où la plupart des VFX (effets spéciaux) sont entièrement numériques. Nous en sommes rendus là: faire du vieux -moyennement réussi- pour satisfaire un public incapable de s’adapter au moindre changement. Pas de doute, Star Wars meurt un petit peu plus chaque jour.

Un avis sur “Pourquoi un Star Wars tourné sur pellicule est une hérésie

  1. Salut Héléux,

    Parfaitement d’accord, d’autant qu’en numérique l’ajout de grain simulant le même rendu qu’une pellicule d’antan est tout à fait faisable et beaucoup plus simple. Ces fameux fans ne se rendent pas compte que pour eux, visuellement, les différences seraient minimes et pas forcément de moins bonne qualité mais pour ceux qui font le film, c’est une vraie tannée.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s