Le Sony A7s chamboule les habitudes des documentaires animaliers

Après avoir fustigé les Sony a7 pour leur comportement par temps froid, le Star Eater et ses conséquences,  revenons sur une note plus positive: malgré de nombreux défauts de jeunesse, la gamme a7 -et surtout a7s- apportent beaucoup aux vidéastes. Dans un making of, Mike Gunto (le producteur de Planet Earth II) explique en quoi la gamme A7s a été très utile pour ses documentaires:

Encore plus qu’en photographie, la lumière est précisément la chose qui manque le plus en vidéo. Là où la photographie permet des poses longues pour compenser le manque de luminosité, en vidéo on est bloqués à 1/25 de seconde dans le meilleurs des cas. Ce qui exclut n’importe quel tournage en lumière naturelle à l’aube ou au crépuscule, ou la nuit. Si pour une fiction l’éclairage artificiel n’est pas gênant, pour un documentaire animalier c’est plus compliqué. En effet, on cherche à observer le comportement des animaux dans leur milieux naturel et sans la moindre interférence de l’homme, dont la lumière artificielle. Il existe bien les caméras infrarouges ou thermiques mais le rendu n’est pas très beau à voir. Les images étant monochromes avec ce type d’appareils.

C’est donc tout naturellement que la gamme A7s avec ses aptitudes en vidéo et ses hautes sensibilités maîtrisées est venue chambouler les méthodes de prises de vue des documentaires animaliers. Avec une excellente gestion du bruit numérique, ces derniers peuvent retransmettre les superbes couleurs de l’aube ou du crépuscule.

À noter que Sony n’est pas le seul à investir sur le marché des hautes sensibilités, puisque Canon a sorti son étonnante caméra ME20F-SH en 2015. Munie d’un capteur 24×36 de 2,5mpx à 4millions d’ISO -là où un A7s de 24×36 compte 12mpx, les hautes sensibilités ne devraient plus être un problème. Mais c’est la théorie, si Canon est incontestablement doué pour créer des images riches en couleurs, la sensibilité n’est décidément pas son domaine. La qualité de la ME20F-SH à 102 400 ISO est acceptable mais à peine supérieure à l’A7s à 51 600 ISO à première vue. Un diaphragme de plus, c’est tout de même décevant tant la résolution a été amoindri. La preuve par l’exemple:

Pour information, la Canon ME20F-SH monte à 4 millions d’ISO, et est réservé à la recherche et aux documentaires.

Malgré une stratégie commerciale à la limite de l’arnaque, des prix exorbitants, des algorithmes qui effacent les étoiles, il faut bien admettre que Sony met les petits plats dans les grands pour réussir la capture d’image là où d’autres marques échouent. Pardonné?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s