Optique ou mécanique, quelle est la meilleure stabilisation ?

Après les classiques « Mac ou Pc ?« , « Apple ou Samsung ? « , « Canon ou Nikon ?« , « APS-C ou plein format ? » voici LA question du jour : stabilisation optique de l’objectif ou stabilisation mécanique du capteur ? Quelle différence ?

Naturellement, nous ne prendrons pas en compte la stabilisation électronique (ou même logicielle) car elle implique un recadrage sur le capteur ou sur l’image qui peut-être assez violent.

La stabilisation optique
La stabilisation optique est une lentille qui se déplace dans l’objectif pour compenser les tremblements de l’utilisateur. En clair, si le photographe regarde légèrement vers le haut, la lentille ira vers le bas et compensera donc ce mouvement. La stabilisation optique bien que coûteuse est présente sur de nombreux objectifs. Elle est plébiscitée (pour l’instant) par le duo Nikon/Canon (et Sony dans une moindre mesure). Elle fonctionne sur deux axes et permet d’avoir une visée stabilisée pour les reflex (le capteur étant caché par le miroir durant la visée).

axwlfnyd-03-s
Image source: Comme Ça Marche

 

La stabilisation mécanique
La stabilisation mécanique est simplement le déplacement du capteur pour compenser les tremblements de l’utilisateur. Elle travaille sur 5 axes et est mise en avant par Sony, Olympus ou même Panasonic… Mais pas totalement car ces constructeurs commercialisent toujours des optiques stabilisées. Une démarche assez étrange quand on récapitule toutes les qualités de la stabilisation mécanique que nous vantent les services marketing : objectifs plus légers et moins chers (car absence du mécanisme de stabilisation optique), stabilisation sur 5 axes (contre 2 en optique), possibilités de donner une seconde jeunesse à de vieux objectifs… Bref, les arguments ne manquent pas.

 

sony-a7-ii-stabilisation-5-axes

 

Mais alors pourquoi les constructeurs qui proposent des boîtiers stabilisés commercialisent-ils encore des optiques avec stabilisation ? Après quelques recherches, il s’avère que la stabilisation mécanique qui opère sur 5 axes n’est pas aussi performante que la stabilisation sur 2 axes des objectifs. En clair, si un capteur stabilisé est efficace sur 5 axes, il y a 2 axes qui sont mieux compensés sur objectif. La stabilisation mécanique en fait plus mais la stabilisation optique en fait mieux. Cette différence est d’autant plus visible sur les longues focales.

Dans le cas de la stabilisation mécanique, c’est le capteur qui se déplace à l’intérieur de l’appareil. Pour de courtes focales, son déplacement est de l’ordre de 1%, pour les plus longues, le capteur aurait besoin de 20% de place supplémentaire, ce qui demanderait un espace considérable et augmenterait drastiquement les dimensions d’un boîtier, cela ne conviendrait pas vraiment dans un hybride. Par ailleurs, cela impliquerait des diamètres d’objectifs encore plus importants.

Pour la stabilisation optique, c’est plutôt l’inverse, son intérêt est régulièrement remis en cause sur les plus courtes focales mais son efficacité sur les téléobjectifs fait l’unamité.

Encore une fois, le mieux est de tenir un objectif imposant (ici un Nikon 200-500) à main levée pour comprendre:

 

Après ces quelques lignes, il paraît évident que ces deux types de stabilisation devraient êtres complémentaires plutôt que rivaux. Les téléobjectifs Sony vont d’ailleurs dans ce sens : Les 100-400 et autres 70-200 sont stabilisés (sur 2 axes) et travaillent de concert avec la stabilisation du capteur qui compense les 3 axes restants.

Ceci dit jouons le jeu jusqu’au bout: si je devais n’en choisir qu’une, quelle stabilisation choisirais-je? Probablement la stabilisation optique, pourquoi ? Parce que cette dernière m’a permis d’obtenir une image que j’attendais depuis longtemps:

200-500-nikon-test-avis-heleus-6

Il était 6 heures du matin quand j’ai aperçu ce renard que je pistais depuis des mois. Il faisait sombre et malgré un diaphragme ouvert au maximum (f/5.6 seulement) et une sensibilité poussée à 4500 ISO, une valeur qui peut vite poser problème quand la lumière manque (voir : Essayons de comprendre la sensibilité ISO) je n’avais toujours pas assez de lumière. Je me suis donc résolu à descendre à 1/50 de seconde… À 500mm! Plus de 3 stops de gagné, c’est énorme. Difficile de ne pas préférer la stabilisation optique quand elle se montre décisive au meilleur moment…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s