[TEST] l’EOS 6D, la plus grande réussite de Canon ?

Image source: caflyers

Ce n’est pas nouveau, je suis Nikoniste dans l’âme (peut-être même Sonyste depuis le temps ?).  À l’époque j’avais choisi la marque jaune car elle possédait les meilleurs objectifs (24 f/1.8, 70-200 f/4 et 200-500 f/5.6) et le boîtier le plus intéressant (D750) pour mon utilisation. Bien entendu, c’est un jugement on ne peut plus subjectif qui ne dépend que de moi. Par ailleurs, l’histoire retiendra que si j’ai été conquis par le passé en étant chez Nikon, l’avenir s’annonce beaucoup moins radieux (voir: Canon vs Nikon, où en sont-ils en 2017 ?  et Nikon et la monture Z: salutaire mais pas encore révolutionnaire).

Il y a quelques semaines,  j’ai eu l’occasion de travailler tout un week-end avec un Canon 6D, 2 jours c’est peu pour exploiter un appareil à 100% mais c’est amplement suffisant pour savoir ce qu’il a dans le ventre.

Pris en main
Dès le premier contact, c’est l’étonnement: le boitier paraît imposant mais tient parfaitement dans la main. Les dimensions sont parfaites pour les grandes mains. Pour ce qui est de l’encombrement, le boîtier prend à peine plus de place que mon D750. Et puisqu’on en parle, le dépaysement est total pour le Nikoniste que je suis. Il va sans dire que l’absence d’écran orientable est fort regrettable. Les photos proches du sol sont bien plus difficiles à faire et les résultats sont donc moins bons. C’est là où on voit que l’écran orientable n’est pas qu’un gadget, quel dommage que Canon est fait une croix dessus (même si le 6D mark II corrige cette erreur).

Pour ce qui est de l’ergonomie, on s’y retrouve très vite. Les touches tombent naturellement sous les doigts et les menus sont clairs. Après quelques minutes, le plaisir d’utilisation est déjà là. Cette facilité d’utilisation est également due à l’excellente roue codeuse de Canon (mais pourquoi l’avoir abandonnée sur l’EOS R ?). Un peu comme avec les premiers iPod, le mouvement circulaire du pouce est diablement efficace et les combinaisons  « touches + roue codeuse » ne manquent pas pour travailler rapidement.

Qualité d’image
Difficile de ne pas être emballé par le savoir-faire de Canon en la matière. Les couleurs sont justes et agréables à voir. Je parle souvent de l’excellente colorimétrie Canon, même si les images du 6D sont excellentes j’avoue ne pas avoir retrouvé cette perfection que j’avais pu voir sur les 7D mark II, 5D ou même 1D-C. Néanmoins, il s’agit là de détails car les images produites par le Canon 6D sont très bonnes et l’exposition est juste. L’essentiel est assuré et même le plus pointilleux des photographes devrait s’y retrouver.

Concernant la sensibilité ISO, c’est le choc. Le 6D est juste excellent. Il est évidemment bien loin derrière le sony A7s, mais il rivalise sans mal avec un Nikon D750 qui est pourtant très bon en basse lumière. Pour être franc, j’ai même trouvé que le 6D était meilleur que le D750 en sensibilité ISO. Est-ce dû aux 20mpx du 6D qui sont naturellement plus sensibles que les 24mpx du D750 ? C’est fort possible, toujours est-il que la différence n’est pas flagrante, mais en basse-lumière le moindre gain est important.

heleux-test-avis-canon-6D-review-photographie-video (1)Canon 6D + 24mm à f/1.4 durant 20s à 1250 ISO.

 

Pour ce qui est de la dynamique, Canon est connue pour être en retard par rapport à ses concurrents (voir : Pourquoi le manque de dynamique du 6D mark II est un sérieux problème), à l’usage force est d’admettre que peu d’entre nous feront la différence même si le problème est bien visible. Un contre-jour met assez facilement en exergue les faiblesses du capteur. Si l’on souhaite déboucher les ombres, le bruit fait très vite son apparition, là-dessus le D750 reste bien meilleur. À l’inverse si une zone de l’image est surexposée, il y a de fortes chances pour qu’elle soit récupérable dans un fichier raw mais attention: assombrir une zone surexposée donne vite un aspect « dodge & burn » mal maitrisé.

Cliquez pour agrandir.

Je profite de cette parenthèse pour rappeler que ce défaut même s’il est bien réel, n’est pas forcément rédhibitoire. En revanche, cela risque de l’être sur le 6D II où la dynamique est encore plus faible (pour un prix bien plus élevé, rappelons-le).

En comparaison, un contre-jour bien plus poussé (car le soleil est dans le l’image) pris avec le D750:

Cliquez pour agrandir. Même si les résultats sont assez proches, on remarque le grain est plus fin et mieux contenu sur le Nikon, alors que le contre-jour est bien plus présent.

Réactivité
Sans surprise, l’allumage est vif, l’appareil est prêt dès qu’il est mis sous tension. L’AF est nerveux (même si je le trouve moins rapide que celui du D750) et se montre d’une fiabilité exemplaire. Ce qui pèche réellement est la rafale: elle est limité à 4,5 i/s sur seulement 17 raws. Dommage. Naturellement, si la rafale est  aussi lente c’est avant-tout un choix stratégique de la part de Canon pour protéger ses gammes pros mais ça n’explique pas la faiblesse du buffer qui ne peut qu’enchaîner 17 clichés avant de saturer et de rendre l’appareil inutilisable pendant une vingtaine de secondes. À ce stade la concurrence fait à peine mieux puisque le D750 est également bridé sur point: 6,5 i/s sur 12 à 19 raws suivant la compression choisie. Même si 2 i/s de plus ce n’est pas rien, on voit bien que les deux boîtiers sont censés jouer dans la même cours.

heleux-test-avis-canon-6D-review-photographie-video (8)

À l’instar du Nikon D750, cette « faible » rafale pourra néanmoins suffire dans 90% des cas. Mais pour de la photo de sport ou animalière, où l’on cherche parfois à avoir le moment précis, cette faible rafale sera peut-être dépassée.

Autonomie
Rien à dire, on est dans l’excellence. Même si l’autonomie est en retrait par rapport au D750, la différence est négligeable. Comptez un peu plus de 1000 photos avant de devoir recharger. Vous pouvez partir en déplacement l’esprit tranquille, même si une deuxième voire une troisième batterie ne seront jamais de trop.

heleux-test-avis-canon-6D-review-photographie-video (4)

 

Vidéo
Je n’ai pas eu le temps de tester le mode vidéo plus en détail, mais je n’ai aucun doute sur la qualité des images. Néanmoins, les vidéastes ne manqueront de consulter des tests plus approfondis avant de franchir le cap.

Conclusion
Difficile de rester bref, sans surprise le Canon 6D est une des plus grandes réussites de Canon, tout comme l’un de ses rivaux, le D750 qui est un des meilleurs modèles commercialisés par Nikon. Il faut dire que les deux boîtiers ont beaucoup en commun: un prix contenu, une bonne prise en main, d’excellentes qualités d’images et des AF efficaces. Difficile de ne pas s’y retrouver que l’on soit professionnel, expert ou même amateur éclairé.

C’est assurément un boîtier que l’on peut recommander sans la moindre hésitation. À l’heure ou Nikon et Canon patauge dans le monde de l’hybride et s’amusent à brider leurs produits le Canon 6D est presque sans concession. À mes yeux, il surpasse de loin son cadet le 6D mark II, et si techniquement il ne rivalise pas avec le 5D mark IV il a tout de même l’avantage de présenter un meilleur rapport qualité/prix que le modèle phare de Canon. À l’heure où aucune annonce n’a été communiquée pour les reflex à la photokina 2018, annonçant ainsi la future domination de l’hybride, le moment me semble parfait pour acquérir un reflex si le besoin s’en fait ressentir. Et ce Canon 6D serait un excellent choix surtout sur le marché de l’occasion où on le trouve à partir de 700€.

5 commentaires sur “[TEST] l’EOS 6D, la plus grande réussite de Canon ?

  1. Salut Heleux,

    Le piège du 6D est justement de le comparer au D750, alors qu’il se place en face du D610…qui n’a pas d’écran inclinable non plus, d’ailleurs 😉 . A ce moment ce n’était pas un accessoire qu’on retrouvait sur les reflex experts ou pro, que ce soit chez Canon comme chez Nikon, il n’est apparu sur la gamme D7x00 qu’avec le D7500 et sur la gamme D8x0 qu’avec le D850, probablement parce qu’il suscitait beaucoup de commentaires sur la fiabilité et la solidité et qu’il était donc considéré comme un gadget de geek pour appareils en plastique lol.
    Je trouve dommage qu’on continue de parler de « colorimétrie Canon/Nikon/Sony… » à l’ère du numérique, en argentique où il fallait choisir sa pellicule avec soin pour avoir les couleurs qu’on voulait ça avait du sens mais aujourd’hui comparer des colorimétries c’est se baser sur un traitement jpeg boitier par défaut, donc sous-entendre soit qu’on compte utiliser l’appareil uniquement en jpeg boitier sans modif (dommage, toutes les possibilités dont on se couperait) soit qu’on compte faire des modifs ou mieux faire du raw et dans ce cas-là on se base sur quelque chose de différent de ce qu’on va faire. Un capteur est un capteur, qu’il soit Canon, Sony ou Panasonic s’il voit du rouge il enregistre du rouge…dans le raw. Si l’image sort rose sur un Canon et violet sur un Sony, ce n’est pas le capteur qui a enregistré ces couleurs, c’est le boitier qui les a traitées selon ce qu’on lui a demandé. Un peu comme si je te montrais une photo sur-saturée faite avec un D750 et que tu disais « je n’achèterais pas un D750, il donne des couleurs trop saturées ». D’ailleurs quelle colorimétrie est celle de Canon, celle du style standard ou portrait, ou paysage, ou autres? Celle du style standard du 6D ou du 5DIII (oui, même le même style sur 2 boitiers de même marque ne sont pas toujours les mêmes)? D’ailleurs tu as raison, celle du 7DII et du 5D ne sont pas les mêmes que celle du 6D, elle n’est même pas la même entre 7DII et 5D, déjà.
    Tout comme pour la sensibilité ISO, abusés que nous sommes par le fameux crop 100%. C’est pourquoi des testeurs comme DxO mark affichent 2 mesures comme ici https://www.dxomark.com/Cameras/Compare/Side-by-side/Nikon-D750-versus-Sony-A7S-versus-Canon-EOS-6D___975_949_836, la mesure screen (écran) indique une comparaison à ces fameux 100% (c’est-à-dire équivalent à des tailles de visualisation différentes), l’écart avec le Sony A7S est ENORME!…puis on regarde la mesure print (impression) qui indique une comparaison à taille identique, et là on se rend compte qu’en fait si l’A7S nous parait tellement supérieur c’est parce qu’on compare à des tailles différentes alors qu’à tailles identiques l’écart est quasiment inexistant, or reprends-moi si je me trompe mais quand tu regardes une photo sur ton écran, tu n’en changes pas la définition (de l’écran et non de la photo hein) selon l’appareil avec lequel tu as pris la photo, tout comme quand tu as l’habitude d’imprimer en A4 tu ne vas pas subitement te mettre à imprimer en A2 parce que tu as un capteur 24MP au lieu de 12. En fait pour voir si un capteur fait mieux en ISO qu’un autre, il faut normaliser la taille de visualisation, si tu regardes à 100% d’un 12MP et que tu le compares aux 100% d’un 24MP tu regardes 2 images de taille différente, forcément le 24MP sera désavantagé dans cette comparaison puisque comme chacun sait plus tu agrandis plus tu accentues les défauts comme le bruit. Pour t’en convaincre, crop dans tes images d’A7S mais à + de 100%, dans les proportions d’un 24MP, et admire le résultat. Entre ceux qui disent moins de pixels=moins de bruit et ceux qui disent plus de pixels=bruit plus facile à réduire, la vérité est dans le juste milieu (j’aime bien cette phrase), à tailles de visualisation identique tant qu’elles restent « petites » aucune différence de montée en ISO ne sera visible sur des capteurs de générations proches (sur les 6 dernières années tu peux vérifier les mesures print, ça n’a pas bougé beaucoup, tu peux même remplacer le D750 par le D700 de 2008 il est toujours très bon dans ce domaine, en mesure print il est même proche de l’A7S vu qu’il fait aussi 12MP donc agrandissement identique à 100% mais il y a quand même quelques années et technos d’écart) et quand ces tailles sont « grandes » la différence est rapidement à l’avantage du plus pixelisé.
    Pour faire « simple », si tu imprimes en A4 ou que tu regardes tes images sur un FHD, A7S, 6D ou D750 aucune différence vraiment visible, si tu imprimes en 4×3 ou que tu regardes tes images sur un 8K (ou que t’es un malade du recadrage intensif lol) le 6D et encore plus le D750 s’en sortiront mieux. C’est pourquoi je te disais un peu avant de me reprendre si je me trompe, mais tu ne vas pas acheter un écran FHD et imprimer en A4 parce que tu as un A7S et tu ne vas pas revendre ton écran FHD pour un 8K ou imprimer en A0 plutôt qu’en A4 parce que tu as un D750. D’ailleurs tu as remarqué que quand tu fais des comparatifs tu nous montres des crops, mais quand tu nous présentes tes vidéos ou images ce sont des tailles FHD ou 4K autrement dit loin des crops 100% d’un 6D ou d’un D750 (4K on commence à être proche des 100% de l’A7S, en revanche).
    De même pour la dynamique, tu peux utiliser le même lien de comparatif entre les 3 boitiers, là où l’A7S s’envole c’est à hauts ISO (probablement un effet du capteur BSI, les 2 autres ne le sont pas). D’ailleurs les mesures confirment ce que tu dis, à contre-jour implique à bas ISO, dans ces situations le 6D est largué et le D750 est avantagé même face à l’A7S, à hauts ISO le 6D le rattrape et l’A7S les dépassent tous les 2. On a tendance à dénigrer ce genre de tests labo mais force est de constater qu’une fois sur le terrain ce qu’on voit s’explique par les mesures. Encore une fois en mode print les écarts sont plus réduits, mais sur le terrain de la dynamique on a une différence plus marquée entre A7S et les 2 autres.
    Sinon, je suis tout à fait d’accord, ce 6D est un très bon boitier…si on a déjà choisi Canon, autrement face au D610 ou au D750 il ne permet pas vraiment de choisir une marque, donc vice versa bien sûr. D’ailleurs pour le D610 tu aurais pu faire les mêmes remarques excepté la rafale et l’écran inclinable, pour avoir eu les 2 Nikon assez longtemps et presque en même temps c’est d’ailleurs à peu près les seules grosses différences entre les 2 avec l’AF plus sensible en basses lumières du D750, le 6D est entre les 2. Là où Canon a foiré c’est effectivement sur le 6DII, qui aurait dû être plus directement opposable au D750.

    J'aime

  2. Hello Alex,

    Effectivement le 6D a été initialement commercialisé pour contrer le D600/D610, mais en voyant ses capacités une comparaison avec le D750 (que je connais très bien) me paraît sensée. Le 6D (1600€ au lancement en 2013) se situant entre les D600 (à 1300€ en 2012) et entre les D750 (2000€ en 2014), la comparaison avec le D750 est intéressante même si je suis d’accord une comparison avec un D600 aurait permis de rendre le test encore plus complet. Seulement je n’ai pas assez utilisé un D600 pour en avoir un avis pertinent, surtout quand on sait toi et moi que le D750 est probablement le D610/D620 que beaucoup attendaient.

    Concernant la colorimétrie, je suis d’accord sur un point inutile d’en faire tout un patacaisse. Globalement les 3 constructeurs jouent plus ou moins dans la même cours. Seulement des couleurs justes c’est un peu de travail en moins lors du développement, C’est un avantage à ne pas négliger. Par exemple, même si c’est assez rare il arrive que le D750 ressorte des cieux qui tirent légèrement vers le violet, c’est une vraie galère à rattraper même avec du RAW, le phénomène est assez rare mais bien réel. En dehors de ça le D750 a de superbes couleurs je trouve, mis à part un ajout de contraste et/ou de vibrance mes retouches de couleurs sont dans 95% des cas très limitées avec cet appareil et c’est un vrai plaisir. Pour certains cet aspect est important, je peux le comprendre, même s’il n’est pas décisif (puisque la différence de colorimétrie est au final assez mineure). Concernant le profil standard, comme avec le D750 j’ai utilisé le profil d’image par défaut Standard du 6D. Même si ce n’est aps définitif hors de question qu’un appareil ajoute la moindre saturation ou contraste en plus sur un fichier RAW.

    Pour ce qui est de la sensibilité ISO nous avons déjà eu cette discussion, le zoom à 100% peut vite devenir trompeur c’est indéniable. Seulement à 100% on peut également voir si un capteur capte un détail plus qu’un autre. Par exemple j’avais jadis comparé le D750 et l’a7s à 100%. Résultat des courses: le D750 paraît plus bruité à 100% (logique mais on s’en fiche), mais ce qui est surtout intéressant c’est que l’A7S captait des étoiles très discrètes là où le capteur du D750 bruitait bien trop pour apercevoir quelque chose. En ce sens, comparaison à 100% reste utile mais si elle ne doit pas être effectuée seule. Plus que l’observation du bruit sur une image, ce que je recherche en faisant ça c’est de voir si des détails en plus sont captés. Une Voie Lactée avec beaucoup de bruit numérique ça ne gène plus grand monde. Une Voie Lactée à peine visible sur une image sans grain c’est à l’inverse très frustrant.
    Et justement, je suis devenu depuis peu un fanatique des panoramas ce qui me donne des images de 50mpx minimum où le bruit est très réduit. La seule chose qui m’intéresse c’est de savoir si j’ai le maximum de détails, y compris dans les zones les plus sombres. C’est pour cela que je continue de regarder à 100%. Au final je me fiche du grain, avec ce genre de procédé on ne le voit même plus.

    À propos de la dynamique, la gamme A7s est la seule à ne pas avoir de capteur BSI 😉
    Mais oui, sans surprise le 6D est exactement là où on l’attendait pour la dynamique, comme quoi ces tests labo sont très utiles et sont fiables (dommage qu’ils ne soient pas illustrés par des exemples sur le terrain).

    Comme tu dis, c’est assez amusant que de voir le 6D de 2013 peut être logiquement opposé au D750 de 2014 alors que le 6D II de 2017 rivalise avec plus de difficultés.

    J'aime

    1. Re Heleux,

      J’insiste un peu sur le D610 parce que beaucoup de canonistes comparent le 6D au D750 sous prétexte que le D610 est « dépassé » et font comme si le D750 était son successeur alors que ce n’est pas le cas, dans le but de prétendre que c’est Canon qui propose le FF le moins cher 😉 . J’avais d’ailleurs oublié de dire que pour l’AF celui du 6d est plus sensible que le D610 mais il a moins de collimateurs ce qui le rend moins intéressant dans certaines situations d’action. Si je devais classer globalement les 3 appareils, je dirais que 6D et D610 jouent dans la même cour quand le D750 est au-dessus, quant au 6DII il aurait dû se situer au niveau du D750 mais reste au niveau des 6D/D610 (je dis bien globalement ^^). Le D750 est une plus grande réussite de Nikon que le 6D n’est une grande réussite de Canon, à mon avis, mais je précise parce que sur internet c’est vite mal interprété, les 2 appareils sont des grandes réussites…l’un l’est un peu plus que l’autre, c’est tout 🙂 .
      Pour la colorimétrie c’est ce que je voulais dire, en RAW tu ne peux pas dire qu’un ciel tire vers le mauve ou le cyan, les couleurs sont comme tout le reste: non fixées, d’ailleurs pour que tu voies un ciel mauve il faut déjà que ce que tu regardes ne soit plus un RAW. Sur LR, en sélectionnant camera neutral dans l’étalonnage de l’appareil pour les photos de D750 tu auras déjà quelque chose de moins mauve, mais pour te convaincre télécharge DxO photolab (version d’essai gratuite hein je vais pas te faire payer un logiciel 😉 ), ouvre un raw D750 où t’as un ciel beu avec et dans l’onglet rendu des couleurs (désactive d’abord les traitements par défaut de DxO) sélectionne « boitier » et « Canon 6D », c’est saisissant ^^. C’est pour ça que je préfère DxO pour les couleurs, LR est trop limité aux styles des boitiers qui ont pris les photos dans les sélections de couleurs par défaut, le top étant Capture One puisqu’il propose aussi bien les différents boitiers que les différents styles des marques. Eventuellement les différences que tu peux encore voir seront liées à la dynamique, à bas ISO dans les limites du 6D le D750 c’est pas qu’il ajoute ou non des couleurs ou du contraste, c’est que lui il les voit ;).
      Pour la sensibilité ISO effectivement on avait eu cette discussion et je t’avais dit que là aussi c’était la dynamique qui faisait la différence, en astro j’ai plutôt tendance à réduire les ISO au max donc je n’ai jamais eu cette sensation de manque d’étoiles, mais à hauts ISO l’A7S garde une meilleure dynamique et effectivement la réduction du bruit fait plus difficilement la différence entre une étoile et un pixel de bruit, donc la meilleure dynamique du A7S permet de garder certaines étoiles assez lumineuses pour que le traitement ne les confondent pas avec du bruit, si tu ne traites pas le bruit même chose tu les distingues mieux parce qu’elles ressortent plus lumineuses alors que le bruit lui n’est ni plus ni moins lumineux. Le 6D garde une bonne dynamique à hauts ISO, même très légèrement meilleure que le D750 à partir de 3200ISO.
      Effectivement j’ai confondu A7 et A7S, pas de BSI, donc ça vient d’ailleurs ^^. Peut-être du nombre inférieur de pixels mais, comme on le voit en mesure, ça n’a pas une grande influence sur le bruit.

      J'aime

      1. Très sincèrement, je trouve que ce 6D est justement la meilleure surprise que Canon ait pu faire à ses utilisateurs. Si on met de côté l’excellent 5D mark III qui même s’il est très efficace et est une référence chez Canon, il reste très cher. À l’instar du D810/D850 c’est du matériel increvable mais qui représente un coût non négligeable. La bonne surprise des 6D, D600 et D750 dans une moindre mesure c’est justement d’offrir un rapport qualité/prix encore plus intéressant. 5D III et D810 sont d’excellents modèles mais trop élitistes. À l’inverse des D600 et 6D (et D750 même s’il est plus cher). En ce sens c’est une réussite pour moi car ces modèles permettent à des photographes assez passionnés de s’aventurer dans le monde merveilleux du FF. On dit que le matériel ne fait pas tout, c’est vrai mais il ne faut pas le sous-estimer. Quand je suis passé au plein format, ma créativité a été boostée (et les résultats avec). Certains seront insensibles à un changement de boîtier pour d’autres c’est une bénédiction. Et c’est pour cela que je suis si élogieux avec ce 6D: on se fiche d’avoir le dernier AF (avec ses 11 collimateurs il fait déjà un très bon travail), la meilleure autonomie, la meilleure rafale ou même la meilleure sensibilité. On ne cherche pas l’excellence seulement un condensé de ce qui se fait de mieux à un prix contenu. Cet appareil est un excellent compromis et ça même des appareils pros ne parviennent pas à faire mieux (comme le 5D IV) ou comme son successeur le 6DII.

        Après il n’est pas sans défaut et effectivement il lui manque quelques arguments face au D750 (qui aurait dû être en opposition au 6DII mais ce dernier est tellement limité que la comparaison est plus logique avec le 6DI). Mais pour 800/900€ en occasion faut-il vraiment s’en soucier ? 😉 (Espérons que les prix chutent avec l’arrivée des hybrides, le marché d’occasion des reflex s’annonce passionnant !)

        J'aime

        1. C’est aussi pour ça que je le compare plus au D600/610, les canonistes ont eu cette surprise en même temps que les nikonistes puisque les 2 appareils sont sortis en septembre 2012. Chez Nikon on a eu encore un peu mieux avec le D610 rapidement (bon, ils n’avaient pas le choix) et encore assez rapidement encore mieux avec le D750 alors que chez Canon on a dû attendre un bon moment avant d’avoir autre chose censé être mieux et finalement un peu décevant. Mais je reprécise parce que « c’est vite mal interprété, les 2 appareils sont des grandes réussites ».
          Pour les prix je n’attendrais pas une grosse chute rapidement, pour que ce soit le cas il aurait fallu que les nouveaux hybrides soient de bonnes affaires mais on ne peut pas dire que ça le soit lol et si Canon et Nikon veulent pousser vers les hybrides, ce qui semble évident, ils n’ont pas intérêt à baisser les prix des reflex donc les prix d’occasion ne vont pas tellement chuter non plus, en revanche dans les années qui viennent c’est plutôt le tas de matériel en vente d’occasion qui va augmenter lol.

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s