Quand Sony Pictures sort un film au cinéma entièrement tourné avec un a7s

Ce n’est pas vraiment une nouveauté, mais que voulez-vous l’actualité est tellement inexistante qu’on se replonge dans les vieux dossiers (oubliés mais loin d’être inintéressants).

Le 5 décembre 2018 est sorti au cinéma un film d’horreur du réalisateur Diederik van Rooijen, L’Exorcisme de Hannah Grace. Une des particularité de ce film est d’être le premier (et toujours le seul) film à être entièrement tourné avec des Sony a7s. Habituellement, les réalisateurs choisissaient plutôt des appareils Canon pour filmer (entièrement ou non) leur métrage (Ma part du gâteau, Docteur House, Catherine & Liliane du  feu Petit Journal sur Canal+ mais aussi Avengers premier du nom). Les modèles plébiscités étaient d’ailleurs les iconiques Canon EOS 5D et l’emblématique 1D-C. Il s’agit donc d’une grande première pour un modèle Sony  mais on ne peut s’empêcher de se demander si Sony Pictures n’a pas insisté auprès du  producteur pour que ce modèle soit choisi. Si on en croit le producteur Glenn S. Gainor, ce dernier a choisi au hasard l’a7s; il a été séduit par son grand capteur, sa 4k, sa stabilisation interne et bien sur sa sensibilité ISO (voir: Pourquoi l’a7s a la meilleure sensibilité ?). Au final, plusieurs Sony a7s II ont été utilisés, ils ont été couplés avec des optiques anamorphiques Hawk 65 de 40, 60 et 95m.  C’est d’ailleurs l’entreprise Vantage qui a conçu les bagues d’adaptations spécifiques à leurs optiques et à la monture E.

Totalement équipé pour le cinéma, l’a7s II en devient méconnaissable.

Néanmoins tout n’est pas parfait sur l’a7s,  à commencer par cette stupide idée de limiter la quantification en 8 bits sur la sortie HDMI (sur laquelle est généralement branché un enregistreur externe). Une quantification aussi basse limite considérablement le potentiel des courbes Log (S-Log 2, S-Log 3). Sony devait avoir peur pour sa gamme de caméras FS5, FS7 pour que l’a7s soit aussi bridé. Habituellement les caméras professionnelles enregistrent sur 10 voire 12 bits. Ce défaut n’a pas empêché l’équipe technique d’obtenir le résultat souhaité. Avec un peu de maîtrise il est tout à fait possible d’obtenir des images satisfaisantes avec l’hybride, la marge en post-production est juste sérieusement amoindrie.

À en croire les différentes bandes-annonces du film, les images semblent convenir parfaitement. Je ne pense pas que le public ait été gêné d’une quelconque façon et je ne suis pas sûr que les professionnels du secteur verront la supercherie. Ce qui ne manquera pas de relancer un vieux débat: les appareils photos vont-ils remplacer les caméras ? Personnellement, je pense que appareils photo et caméras vont finir par « fusionner » tant les deux outils (pourtant distincts) se rapprochent de plus en plus. À l’image des caméras de la société Black Magic qui ressemblent de plus en plus à des appareils photos tout en gardant leurs -remarquables- aptitudes vidéos. On ne peut qu’espérer que l’éventuel a7s III, tant attendu, fasse de cette vision une réalité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s