[TEST] Que vaut le Nikon D7500 ?

Voilà un bien étrange mélange… Bien avant l’avènement des appareils photos hybrides/mirrorless, Nikon tentait déjà de nous séduire en 2017 avec un reflex plus ou moins recyclé, le D7500. Un mythique D500 (2016) dans un corps de D7200 (2015). Enfin pas vraiment. Plutôt un mini D500 qui vient remplacer le vieillissant D7200.  Mais pas tout à fait non plus puisque le D7200 garde l’avantage sur certains points. Bref c’est compliqué comme souvent chez Nikon. Ce positionnement assez aléatoire rend ce D7500 d’autant plus difficile à juger. Est-ce un boîtier pro, expert, semi-expert, est-ce une version plus abordable du D500, une évolution du D7200 ? Toutes ces questions, Nikon n’en avait visiblement que faire et a sorti un appareil très étrange, un véritable OVNI.

Pour vous dire, ce test a été effectué en  septembre 2018! J’ai hésité pendant près de deux ans à publier ces lignes car il m’est très difficile d’avoir un avis cohérent sur ce boîtier. Il ne répond pas vraiment à une demande, ne chamboule pas le marché, bref à l’instar de son positionnement (qui permet généralement de définir un produit), son utilité reste assez mystérieuse…

 

Prise en main
Autant être bref, les Nikonistes seront en terrain connu. C’est solide, ça tient bien en main, les menus sont de mieux en mieux pensés. Difficile de ne pas être conquis par le travail des ingénieurs Nikon. Le D7500 étant une déclinaison très inspirée du génial D500, il est difficile de bouder son plaisir. Pour résumer l’idée, on tient un D500 dans le corps du D750 (il est même plus petit et plus léger pour être exact). L’écran orientable est toujours aussi agréable et les premières utilisations du tactile sont réussies sans être indispensables.

On regrettera néanmoins l’absence du double slot pour les cartes mémoire. Ce n’est pas décisif lors de l’achat mais c’est tellement agréable une fois qu’on y a goûté…

 

Qualité d’image
Le D7500 utilise le capteur, l’électronique et les algorithmes du Nikon D500. Sans surprise la qualité d’image est de haute volée. Tout comme de son grand frère; ce D7500 ne brille pas là où on l’attends le plus mais bien quand la lumière vient à manquer. La sensibilité ISO du D7500 (et du D500 par extension) est impressionnante. Nul doute que les photographes animaliers apprécieront pouvoir photographier à l’aube ou au crépuscule. Vous pourrez le pousser sans trop de mal à 6400 ISO, voire 12800 pour les plus téméraires. Ce boîtier a notamment réussi là où mon A7s et mon D750 ont échoué: il a réussi à photographier Saturne! Pensez donc, plus d’un milliard de kilomètres (et autant de poussières) nous séparent de cette planète à l’autre bout du système solaire! Avec « l’allongement » que procure l’APS-C et les progrès de l’électronique voilà que le passionné d’astronomie que je suis se retrouve avec une photo de Saturne. C’était inconcevable il y a encore quelques années et c’est toujours aussi rare aujourd’hui !

 

heleux-test-avis-nikon-d7500-photographie-4700mm à f/45, 1/30, ISO 6400 (les exifs sont particuliers il y a une raison) aux quels s’ajoutent le crop de l’APS-C (x1,5) et de la 4K (x1,5) Pour cela, ce boîtier m’a vraiment plu. Quelle performance, du grand Nikon !

A mes yeux, cet APS-C est plus sensible que mon bien-aimé D750 qui est un plein format. De pas grand-chose, mais le progrès mérite d’être souligné.

Les profils d’images sont assez exagérés, les images du boîtier sont légèrement trop contrastées et saturées mais la teinte reste juste. Un simple ajustement des profils sera peut-être nécessaire pour les plus pointilleux (qui photographieront en RAW de toute façon, le problème relève du détail j’en conviens).

Anecdote intéressante, alors que la gamme D7X00 utilise habituellement des capteurs de 24mpx, celui-ci n’a « que » 20mpx. A l’usage cela n’apporte que peu de différence mais la démarche à de quoi surprendre: avec une telle approche le positionnement de cet appareil est toujours aussi flou. Il est très rare de voir un nouveau boîtier qui remplace son prédécesseur (le D7200) avec moins de pixels. « Oui mais il ne le remplace pas vraiment » allez-vous penser mais c’est loin d’être aussi simple.

 

Réactivité
A l’allumage ou à l’écriture, pas de surprise. C’est vif. La rafale est quant à elle très satisfaisante: 7,5 images par seconde sur 50 raw consécutifs ! Pour être franc, je n’ai même pas réussi à saturer le buffer, c’est très plaisant d’avoir une telle marge de manœuvre !

En revanche, le D7500 n’hérite pas du module AF du D500 qui est un monstre de vitesse et de précision. Il recycle plutôt celui du D7200 qui était lui-même une évolution du module AF du D7100. Et on ressent très vite ce bridage. Je n’ai aucun doute qu’un module AF datant de 2013, qui a fait ses preuves et qui a connu quelques évolutions permet de contenir le prix du boîtier mais quand même… Le positionnement de cet appareil est vraiment bancal: oui il est moins cher mais encore trop couteux pour justifier un module aussi vieux. Et même si ce module fonctionne assez bien sur les autres boîtiers, il semble mal intégré à ce D7500.

 

heleux-test-avis-nikon-d7500-photographie-3Nikon D7500 + 200-500 à 500mm, f/5.6, 1/200, ISO 100. La qualité d’image est au rendez-vous. 

 

Je vous rassure, c’est tout à fait correct et utilisable dans 95% des cas. Là où le bat blesse, c’est qu’en photographie animalière, la moindre erreur ne pardonne pas. Et je l’ai payé au prix fort: j’ai passé une journée à attendre qu’un martin pêcheur veuille bien se poser sur une branche à quelques mètres de moi. En fin de journée et après 8h d’affût à espérer, il se pose enfin face à moi et prend sa plus belle pose. Je déclenche et… Rien. L’AF pompe encore et encore… Mes réglages sont bons mais il continuer de pomper. Et le temps qu’il retrouve le point la demi-dizaine de secondes (!) s’écoulent et le martin pêcheur s’envole. Dépité, je vérifie mes réglages, tout est nickel. L’AF est bien paramétré, le limitateur de mise au point est bien réglé lui aussi. Rien ne justifie cette (longue) hésitation de plusieurs secondes.  Il ne reste que la déception d’avoir un produit assez cher (plus de 1000€ à son lancement) et de ne pas avoir su saisir l’unique instant, là où un D7100 et un D750 pourtant plus âgés et couplé avec la même optique (l’excellent 200-500 de Nikon) avaient su se montrer irréprochables dans des situations bien plus compliquées.  La preuve :

 

 

heleux-test-avis-nikon-d7500-photographie-1Nikon D7100 + 150-600 à 600mm, f/6.3, 1/1250, ISO 1100. 4 ans séparent le D7500 et le D7100, pourtant « l’ancêtre » a su se montrer irréprochable à un moment clé. Et c’est ce qui fait un bon appareil photo; sa capacité sortir des images que nos yeux peinent à voir.

On pourrait penser que cet accident était occasionnel mais j’ai trouvé cet appareil globalement plus lent que mon D750 (3 ans plus vieux). Bon nombre de retours vont d’ailleurs dans mon sens et se plaignent que le D7500 est plus lent que son aîné le D7200. L’écart n’est pas flagrant mais les interrogations, elles, subsistent.

 

Autonomie
Malgré cette déception, l’autonomie n’est pas en reste et tiendra aisément plus de 1200 photos dans des conditions normales. Une deuxième batterie sera néanmoins à envisager, par précaution.

heleux-test-avis-nikon-d7500-photographie-2Nikon D7500 + 24mm à  f/1.8, 13s, ISO 6400. Durant cette fraîche nuit d’été, l’autonomie a été à la hauteur de mes attentes et ce malgré les nombreuses pauses longues qu’elle a dû subir. Saluons également une belle sensibilité ISO, Nikon se passe de Sony et prouve ici tout son savoir-faire dans le domaine des capteurs.

 

Vidéo
Ce petit D7500 est en revanche assez plaisant dans le domaine de la vidéo avant de rapidement déchanter. Vraiment ce boîtier est paradoxal… Au rayons des bonnes nouvelles saluons l’arrivée de la 4k, de la stabilisation électronique de la possibilité de film en HD à 60fps, et d’une qualité d’image très plaisante.  Ce beau bilan sera vite entaché par l’absence délibérée de zebra pourtant bien utiles (et présent sur les modèles antérieurs!), toujours pas de focus peaking,  un fort recadrage qui est opéré pour filmer en 4k (on se demande alors pourquoi Nikon a vanté la puissance de son processeur, s’il ne parvient pas à gérer la totalité du capteur..) et un AF décevant en liveview…

Inutile d’en rajouter, ce n’est clairement pas un boîtier polyvalent, c’est pourtant ce qu’on demande de plus en plus aux reflex mais on est plus à une ineptie près.

Conclusion
Sans aucun doute possible, ce boîtier est incroyable et unique! Jamais je n’ai connu un tel ascenseur émotionnel. Il a réussi des photos que certains boîtiers peinent à réaliser et ne parvient pas à déclencher quand la situation est simple. Il est capable du meilleur comme du pire, aussi bien en temps que produit qu’en tant qu’objet marketing.

L’idée avait pourtant du sens, le D7200 n’était qu’une maigre évolution du D7100 et la gamme commençait à être délaissée. Tout le monde ne peut pas investir dans un D500 (2000€ à son lancement). Un mini D500 pour revigorer la gamme D7x00 était une bonne idée. Cela aurait pu être un tabac si les ingénieurs Nikon n’avaient pas décidé de brider bêtement ce boîtier… Au final s’il parvient à être au-dessus du lot sur certains points, il est moins efficace sur d’autres aspects que des boîtiers de générations précédentes! Le problème c’est que peu importe la gamme, on demande avant tout à un appareil photo d’être équilibré. Il ne sert à rien d’avoir des qualités sans égales si d’autres aspects son négligés voire manquants. Le meilleur des capteurs n’est d’aucune utilité sans un bon AF. Les meilleures performances ne nous seront d’aucune aide s’il n’y a aucune ergonomie pour nous permettre d’exploiter ce potentiel.

Le mélange aurait dû être fameux mais il est très décevant et compte tenu de son positionnement tarifaire que je peux évaluer (à l’inverse de son positionnement dans la gamme), ce D7500 est pour moi un mauvais Nikon; déséquilibré, incohérent et cher. Un appareil photo convenable mais un mauvais Nikon. Il ne remplace pas son aîné le D7200, il ne propose pas réellement une alternative au coûteux D500, il n’a pas réellement de raison d’être à part piéger quelques clients qui espéraient un bon boîtier abordable.

4 commentaires sur “[TEST] Que vaut le Nikon D7500 ?

  1. Salut Héléux
    Je me retrouve complétement dans ton article et c’est bien pour ça que j’ai gardé mon D7100…
    le 7500 a le cul entre deux chaises, le bon qualitatif qu »il y a eu entre le 7000 et le 7100 ne se retrouve pas dans ce boitier ….alors que le 7100 mettait une claque aux précédentes génération ! en plus je le trouve moins « beau » c’est subjectif mais c’est mon ressenti.
    Je rêve d’un 7800, descendant du D780, façon dernier mohican avant l’inévitable invasion des hybrides, je crache pas dessus, j’ai toujours un œil du coté de Fuji, qui pour moi sont actuellement au top de l’aps-c, mais j’aimerai bien que Nikon retrouve sa place de leader ( hors D500 ) avec ce qui caractérise la marque jaune, c’est a dire une sensibilité iso hyper maitrisé, un AF extrêmement efficace, et des optiques a jour et bien dans l’ère du temps genre un petit 24mm f1.8 a l’image du 35 dx, petit, pas (trop) cher, mais bien en qualité d’image.
    Peut-être que la sortie du 7500 était précipitée, je ne sais pas mais je pense qu’une mise a jour logiciel aurait fait des miracles sur le 7100/7200, pour les garder au sommet de la hiérarchie !
    Et tout ça pour faire chier les champions du nikon bashing ( suivez mon regard vers un site pro rouge qui fait de  » la vraie photo au full frame » ….) en prouvant que non Nikon n’est pas dans l’erreur constante et sait faire encore des excellents boitier .
    Bref je l’aime mon D7100, et tes articles vont dans le bon sens, change rien !

    Aimé par 1 personne

    1. Et bien …. Un grand merci !

      Effectivement, il serait bien que Nikon n’oublie pas son héritage dans le domaines des optiques, pour l’heure les objectifs hybrides sont assez classiques (mais bon faut bien commencer quelque part, soyons patients!). Ceci étant Nikon a déjà prouvé tout son savoir-faire avec le D500, le D850 et…même les Z6/7! Ces deux boîtiers sont tout de même assez impressionnants quand on se rappelle que la mise au point en liveview n’était vraiment pas le fort de Nikon … Néanmoins quelle dommage que la marque jaune soit sans cesse obligée de réagir une fois dos au mur au moment où on s’interroge sur son avenir et non avant. Une certaine forme de timidité et de conservatisme assez mal venus sur un marché très concurrentiel.

      J'aime

    2. Salut Cédric et Heleux,

      Le D7500 n’est effectivement pas le successeur du D7200, qui reste au catalogue d’ailleurs, c’est une tentative plus ou moins réussie de Nikon pour ajouter une gamme entre le D7200 et le D500. Là où ce D7500 a un intérêt c’est sur les dimensions et surtout le poids comparés aux 2 autres (probablement une des raisons de l’abandon du 2ème slot), et le capteur de 20MP marque plus sa position de mini-D500 que successeur de D7200.
      Pour les optiques ne rêvont pas, la gamme d’optiques DX pour reflex est à l’abandon et elle l’était quasiment déjà bien avant la monture Z. Pourquoi faire un 24 f/1.8 DX quand la version FX, qui se vend plus chère, est compatible 😉 .
      Du coup tu as raison, Cédric, si tu veux de l’APS-C l’offre la plus cohérente c’est Fuji et ça le restera probablement tant que les autres resteront fixés sur le FF, le Z50 de Nikon aura droit au même traitement que les APS-C reflex (à savoir une gamme optique dédiée très limitée et sortie au compte-gouttes) et les M de Canon également (8 ans après il n’y a qu’à voir le peu d’optiques sorties, il y en a eu plus en RF sortis en 2 ans, ce ne sont pas les 3 f/1.4 Sigma mis à dispo dans cette monture récemment qui changeront grand chose).

      Je me demande bien de quel site pro rouge tu parles lol, mais je ne pense pas qu’il y ait besoin de preuve pour montrer que Nikon n’est pas dans l’erreur constante, les D500, D750, D850, Z6, Z7 pour ne citer qu’eux sont tous d’excellents boitiers et les optiques récentes (c’est-à-dire sorties ces 15 dernières années au moins lol) sont quasiment toutes très bonnes voire excellentes même le 24-70 f/2.8 VR qui dans l’absolu n’est pas mauvais juste trop cher et un peu trop calqué sur le modèle précédent.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s